3es Journées médicales congolaises de France: un colloque se penche sur l’accident vasculaire cérébral aigu

Mercredi 30 Mai 2018 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le sujet a été au centre d'une conférence organisée, le 25 mai à Saint Cyr sur Loire dans le département d’Indre et Loire, par l'Association des anciens de l'Insssa et des médecins congolais de France, pour cerner la nécessité d’une prise en charge pluridisciplinaire et l’adapter en tenant compte de délais raisonnables d’interventions thérapeutiques.

Photo de groupe des participants aux 3èmes Journées Médicales Congolaises de France à ToursLes troisièmes Journées médicales congolaises de France se sont tenues sur le thème « l’Accident vasculaire cérébral (AVC) aigu : état actuel et perspectives ». Avec la participation d’environ cent cinquante personnes regroupant des membres des corps médicaux et paramédicaux ainsi que des personnes issues du milieu associatif ou représentant des familles, cette rencontre scientifique a connu un engouement du public.

Parmi les participants, de nombreuses personnalités, dont une délégation de l’ambassade du Congo en France conduite par Paul Maloukou, ministre conseiller; Gervais Loembé, délégué du préfet de région Centre Val de Loire; les Prs Hervé Iloki et Blaise Irénée Atipo Ibara, tous deux de l’Université Marien-Ngouabi du Congo et en exercice au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville. De même, de la France, des professeurs d’universités et des praticiens hospitaliers ou libéraux sont venus de Paris, Angers, Tours, Mont de Marsan, Evreux, Le Mans, Lille, Orléans et Marseille.

Après les allocutions d’usage, les participants ont suivi, durant la journée, près de dix-huit communications orales réparties en six sessions. C’est au Dr Saudeau qu’est revenue la tâche d’introduire les séances par une communication sur l’historique et l’évolution des concepts de l’AVC. S’en est suivi le démarrage de la première session présidée par le Pr Iloki portant sur la présentation de l’épidémiologie de l’AVC dans le monde, avec l’intervention du Dr Ondze. 

Au cours de la session 2, sous la présidence du général Noto, cofondateur et ancien président de la Société française de médecine de catastrophe, le Pr Cottier a souligné l’intérêt de l’imagerie au cours du diagnostic et de la prise en charge thérapeutique de l’AVC aigu.

Pour la session 3, conduite sous la modération du Pr Cottier, ont été évoqués les aspects thérapeutiques de l’AVC aigu sur le plan médical, endo-vasculaire, chirurgical et anesthésique. Les Drs Gaudron-Assor, Narata, Bibi, Terrier et le Pr Laffont ont apporté également leurs contributions.

Le général Noto a présidé la session 4. Avec les interventions des Drs Gaudron-Assor, Dansou et Lelou, celle-ci a été consacrée à l’organisation de la filière neurologique dans la prise en charge de l’AVC aigu, avec présentation du point de vue du neurologue, du rôle du Samu et des sapeurs-pompiers.

Au cours de la 5e session, présidée par le Pr Atipo Ibara, le Dr Pellieu est intervenu sur les rééducations et réadaptations post-AVC. L’orthophoniste Jolly a plutôt abordé l’aspect des atteintes cognitives associées aux localisations cérébrales.

Enfin, dans la 6e et dernière session, sous la présidence du général Noto, il a été question de la prévention primaire et secondaire de l’AVC, avec l’expression du point de vue du neurologue. Le Dr Saudeau, cardiologue, et le Pr Angoulvant ont apporté leurs éclairages.

A en croire les participants à l’issue de ces travaux, au compte des avis positifs, ce forum a permis de libres et fructueux échanges entre les conférenciers et le public.

« Il ressort de ces échanges, la nécessité d’une prise en charge pluridisciplinaire et adaptée tenant compte de délais raisonnables d’interventions thérapeutiques », affirment les organisateurs. Et d’expliquer que « cette prise en charge portant sur la prévention primaire et secondaire, ainsi que les soins d’urgences, doit faire intervenir médecins généralistes, équipe de secours : sapeurs-pompiers et Samu, urgentistes, neurologues, neuro-radiologues, anesthésistes réanimateurs et neurochirurgiens. De plus, un renforcement de la filière de soins post d’aval s’avère nécessaire, incluant rééducation et réadaptation fonctionnelle, ainsi que soutien psychologique et social individuel et familial ».

C’est le "Time is brain", une notion qui a été rappelée sans cesse par les conférenciers, soulignant l’importance de raccourcir les délais entre le diagnostic de l’AVC et le début de la prise en charge effective. Des recommandations issues de ces échanges seront émises en ce sens, indiquent les organisateurs.

Ces rencontres confraternelles ont été l’occasion de rendre un hommage mérité à l’ensemble des maîtres de l’Insssa. En réponse, le Pr Iloki a transmis les encouragements du Pr Jean Rosaire Ibara, recteur de l’Université Marien-Ngouabi, et du Pr Honoré Tsiba, doyen de la faculté de médecine de Brazzaville.

Rendez-vous est pris pour l’organisation des quatrièmes Journées médicales congolaises de France, dont les thèmes, dates et lieu seront communiqués ultérieurement. La sérieuse journée scientifique s’est terminée par un convivial diner de Gala avec soirée dansante.

Le Comité d’organisation

Patrice Serge Ganga-Zandzou, Président du Comité d’Organisation

Richard Bibi, Président du Comité Scientifique

Florian Diakabana, chargé de la Communication, 

Betin Ebikili, chargé du Secrétariat 

Membres : Jean Patrice Binuani, Jean-Claude Ban, Raymond Mizele, Daniel Mbey

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Photo : Photo de groupe des participants aux troisièmes Journées médicales congolaises de France à Tours Crédit photo : Fredy Mizelet by Flam Images

Notification: 

Non