Opinion

  • Éditorial

Adieu !

Mardi 10 Janvier 2017 - 12:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans une semaine très exactement le premier président noir des Etats-Unis d'Amérique remettra les clés de la Maison Blanche à son successeur, Donald Trump, et ouvrira du même coup une nouvelle page de son histoire personnelle. Une page qui, soyons en certain, le verra porter sur les cinq continents et par les voies les plus diverses le message d'ouverture, de fraternité, de solidarité sociale, d'égalité entre les races qui aura marqué son long passage au plus haut niveau de l'Etat le plus puissant de la planète.

Alors que s'achève ce parcours hors normes ce n'est que justice de rendre hommage à cet homme dont le double mandat n'a pas été sans faute, mais qui a mis toute son énergie à corriger les défauts d'une société ultra-capitaliste que domine le culte égoïste de l'argent. Et l'on peut être certain que le nouveau locataire de la Maison Blanche, même s'il parait aujourd'hui s'engager sur la voie contraire en s'entourant d'hommes et de femmes apparemment peu soucieux de rendre la société américaine plus égalitaire, sera contraint de poursuivre la marche vers le progrès social engagée par son prédécesseur.

Barack Obama l'a dit et répété à juste titre hier dans son dernier discours, prononcé à Chicago, les Américains aspirent dans leur grande majorité à une société plus juste, plus équitable, moins matérialiste, plus respectueuse de la nature. Même s'ils sont convaincus que leur puissance présente résulte pour une large part de l'individualisme, de la recherche du profit personnel et du culte de l'argent qui ont marqué les décennies précédentes, ils sont de plus en plus conscients que le progrès d'une nation se construit sur la solidarité. Et cette réalité là les nouveaux dirigeants du pays ne pourront ni la combattre, ni la contourner.

Alors qu'ils s'apprêtent à quitter la Maison Blanche, Michèle et Barack Obama peuvent donc être fiers d'avoir projeté des Etats-Unis l'image d'une nation qui prend conscience lentement mais sûrement des réalités du monde moderne. Après eux, même si les apparences donnent à penser le contraire, rien ne sera plus comme avant.

Disons donc adieu et merci à ce couple qui sut concilier pouvoir et humanisme.

 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 30/3/2017 | Mieux vaut ...
▶ 29/3/2017 | Drame
▶ 28/3/2017 | Tous ensemble
▶ 27/3/2017 | Valeurs
▶ 25/3/2017 | Bravo !
▶ 23/3/2017 | Préparation
▶ 22/3/2017 | Convergence
▶ 22/3/2017 | Pavillon Afrique
▶ 20/3/2017 | Education
▶ 18/3/2017 | Influence