Opinion

  • Éditorial

A.E.F – F.M.M.

Samedi 23 Septembre 2017 - 13:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans le même temps où Emmanuel Macron s’attache à rendre à la France la place qui fut longtemps la sienne au sein de la communauté internationale en plaidant avec force la cause du « multilatéralisme » face à  l’ « unilatéralisme » que prônent d’autres Grands, son gouvernement ferait bien de mettre de l’ordre dans la très puissante machine à désinformer qu’est devenue au fil du temps l’Audiovisuel Extérieur de la France (AEF) renommé depuis le 27 juin de cette année 2017 France Média Monde (FMM). Car celui-ci fait en sorte, sans le dire ouvertement bien sûr, que le message présidentiel soit déformé, présentant le Tiers-monde en général et l’Afrique en particulier comme des communautés vouées au désordre, à la violence, au non droit, à la corruption alors même que la plupart de leurs dirigeants s’emploient à faire progresser nos peuples sur la voie du développement durable.

Les chaînes de radio et de télévision qui font partie de l’énorme machine à désinformer qu’était devenue l’ex AEF dépendent exclusivement de l’Etat français qui leur apporte les fonds nécessaires et qui nomme leurs dirigeants. Il ne devrait donc pas être très difficile de prendre rapidement les mesures qui amèneraient chacune d’elles à faire correctement son métier. Et, du même coup, la stratégie définie par le nouveau chef de l’Etat français deviendrait crédible aux yeux de la communauté internationale qui ne comprend évidemment pas pourquoi la France dépense autant d’argent pour, sinon détruire, du moins salir l’image de ses partenaires africains.

Entendons-nous bien à ce propos : nous ne suggérons pas ici de porter atteinte à la liberté de la presse qui est l’un des fondements de la démocratie, mais d’exiger des médias publics français qu’ils respectent enfin les règles éthiques de notre profession, qu’ils s’informent à bonne source et cessent de relayer les agressions menées contre les Africains par des organisations civiles pour le moins sulfureuses, qu’ils aillent sur le terrain constater les avancées économiques et sociales au lieu de ne relever que les défauts des pays concernés, qu’ils accompagnent dans le domaine de l’information le retour de la France sur la scène internationale programmé par Emmanuel Macron.

Indiscutablement il y a urgence !

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/10/2017 | Soutien
▶ 23/10/2017 | AM = BHL
▶ 20/10/2017 | Mammouth
▶ 19/10/2017 | Moteur
▶ 18/10/2017 | Forces négatives
▶ 16/10/2017 | Admettons …
▶ 16/10/2017 | Ignobles !
▶ 13/10/2017 | Havre de paix
▶ 12/10/2017 | Tensions
▶ 12/10/2017 | Pardonner