Afrique centrale : le Congo élu à la présidence du Réseau régional de surveillance et de laboratoire du CDC

Samedi 10 Novembre 2018 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Réunis dans la capitale congolaise du 7 au 9 novembre, à l’occasion de l’atelier pour la mise en place d’un cadre de gouvernance, les experts en matière de santé de plusieurs pays d’Afrique ont jeté leur dévolu sur le pays organisateur pour conduire les destinées de cette structure pendant une période de deux ans.

La République du Congo a été élue à la tête du Réseau régional intégré de surveillance et de laboratoire du CDC pour l’Afrique centrale (Rislnet). Le Cameroun assurera, quant à lui, la vice-présidence pendant que le Gabon s’occupera du secrétariat et le Burundi du secrétaire adjoint. Le poste de trésorier est revenu au Tchad. Les experts des systèmes de laboratoire, de la surveillance de la santé publique, de la santé animale, des universités, des laboratoires du secteur privé ainsi que les partenaires dont la FAO ont également lancé le site Web du Rislnet qui servira de plate-forme pour le partage d’informations et de ressources.

Etabli par les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), le concept de Rislnet est un des réseaux qui offrent une plate-forme permettant de mieux exploiter tous les atouts existant dans la région pour garantir une prévention et un contrôle efficaces des maladies. En effet, la réunion de Brazzaville qui a adopté le cadre de gouvernance a regroupé les délégués du Burundi, de la République centrafricaine, du Cameroun, de la République démocratique du Congo, du Gabon, de la Guinée équatoriale, de Sao Tomé et Principe, du Tchad et du Congo, pays hôte.

« Je suis heureux du lancement du cadre de gouvernance du Rislnet en Afrique centrale car, il servira de modèle pour d’autres centres de collaboration régionaux des CDC Afrique alors que nous nous efforçons de normaliser nos approches dans la mise en œuvre du nouvel ordre de santé publique. Les CDC Afrique s’engagent à soutenir ces réseaux pour le bénéfice mutuel de la région », a déclaré le directeur des CDC Afrique, le Dr John Nkengasong.

Rappelant les objectifs de ce réseau, la ministre congolaise de la Santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo, s’est félicitée de cette marque de confiance apportée à son pays. Selon elle, le Rislnet travaillera avec les ressources existantes en santé publique dans chacune des cinq régions de l’Union africaine. L’objectif est, a-t-elle indiqué, de renforcer les capacités et d'améliorer l’efficacité des atouts de santé publique existant dans la région afin de prévenir, détecter rapidement et riposter aux menaces actuelles, émergentes et ré-émergentes de santé publique.

« Nous prenons l’engagement d’accompagner l’équipe en vue des résultats probants. Mon souhait ardent est que dans les tout prochains jours, nous travaillerons étroitement avec les organes de Africa CDC et les partenaires qui nous accompagnent pour faire fonctionner ce réseau,  pour permettre à notre région de progresser vers la sécurité sanitaire et ainsi donner l’accès à une meilleure santé à notre population pour qu’elle soit prête à servir le continent et l’accompagner vers l’Afrique que nous voulons tel que stipulé dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine », a conclu la ministre, précisant qu’il s’agissait d’un défi d’ensemble pour réussir.

Notons que le début des activités du Rislnet est envisagé pour le 28 novembre, à Brazzaville, par la formation des laboratoires de référence de la région sur les approches standardisées des systèmes de gestion de la qualité.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

La ministre de la Santé (en blanc) en photo de famille avec les participants /Adiac

Notification: 

Non