Afrique centrale : le général Jean François Ndengué prend la tête du Comité des chefs de police

Jeudi 6 Décembre 2018 - 17:48

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le directeur général de la police congolaise succède au général de corps d’armées Tahir Erda Taïro de nationalité tchadienne. Il a été investi dans ses nouvelles fonctions, le 6 décembre à Brazzaville, à l’ouverture de la 19e session du Comité des chefs de police de la sous-région. 

Après le Tchad, la présidence tournante du Comité des chefs de police d’Afrique centrale (CCPAC) sera assurée par la République du Congo. Le directeur général de la police congolaise, le général Jean François Ndengué, a été intronisé par le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Raymond Zéphyrin Mboulou. Parmi les dossiers qui attendent le nouveau président du CCPAC, figure la poursuite du projet d’arrimage des textes de cette institution en vue de l’adapter aux normes communautaires pour sa gouvernance.

Faisant le bilan au nom du président sortant, le contrôleur général de police du Tchad, Sirandi Ongtoin Kolsala, a souligné la nécessité de finaliser le travail abattu par les experts au cours de cette année pour la bonne marche de l’institution. Il a aussi rappelé l’engagement pris par les Etats dans un processus de rationalisation qui, dans l’avenir, permettra à la Cémac, la CEEAC ainsi que la Communauté des pays des Grands lacs de mutualiser leurs ressources pour former une seule communauté. Le général Jean François Ndengué devrait également mener le processus de finalisation de l’Accord de coopération en matière de police criminelle avec le Comité des chefs de police d’Afrique de l’ouest ; faire démarrer le projet Interpol-Cémac pour la sécurisation des frontières extérieures. L’autre mission consiste en la mise en circulation du passeport biométrique Cémac par les pays qui ne l’ont pas encore fait, le but étant de faciliter la libre circulation des personnes et des biens dans l'espace communautaire.

« La sous-région Afrique centrale est en paix relativement, parce qu’il reste encore des défis sécuritaires à relever ; l’insécurité zéro n’est pas possible. Mais, toujours debout et au combat, notre devoir est d’assurer au maximum la protection des personnes et biens, l’éradication de la criminalité sous toutes ses formes », a déclaré le directeur général de la police congolaise, formulant le vœu de voir la coopération entre les CCPAC se développer et se consolider de façon permanente.

Encore d’énormes défis sécuritaires à relever

S’agissant des travaux de la 19e session du CCPAC, ils porteront, entre autres, sur le compte rendu des réunions des commissions techniques, le bilan des activités opérationnelles du secrétariat permanent du CCPAC pour l’exercice 2018. Il s’agira également de faire état de la ratification de l’Accord de coopération en matière de police criminelle entre les pays de l’Afrique centrale par les parlements des Etats membres ; du rôle du CCPAC dans la perspective de la création d’une Communauté économique unique en Afrique centrale ; du point sur l’arrimage des textes organiques du CCPAC au paysage normatif de la Cémac. Les chefs de police des huit Etats membres suivront aussi des communications spéciales afin d’approfondir leurs connaissances des organisations qui, en Afrique de l’ouest, en Afrique de l’est et en Afrique australe, poursuivent les mêmes nobles objectifs que le CCPAC.

Selon le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, les assises de Brazzaville sont une occasion pour réaffirmer l’extrême volonté des pays membres de continuer à travailler avec tous les organismes partenaires et de solliciter davantage leur soutien afin d’aider la sous-région à tenir tous ses engagements d’offre de sécurité. « Les défis sécuritaires sont énormes et encore plus subtils. Il faut donc continuer à les relever. C’est une exigence et un devoir que commande votre responsabilité commune. Des hommes formés pour une police républicaine, respectueuse des lois et règlements et résolument engagée dans la traque des criminels de tout acabit. Tel est le sens que je donne à ces assises et que je souhaite vous partager », a conclu Raymond Zéphyrin Mboulou.

Notons que le CCPAC qui a été créé en avril 1997 a totalisé cette année 21 ans.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Le général Jean François Ndengué au centre / Adiac Le ministre Raymond Zéphyrin Mboulou posant avec les chefs de police/Adiac

Notification: 

Non