Agriculture : Philippe Nkounkou s’engage à promouvoir la culture de la banane au Congo

Vendredi 14 Septembre 2018 - 19:35

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le juriste de formation veut devenir producteur agricole, notamment de la banane. Actuellement, il fournit aux restaurants, hôtels, supermarchés et aux particuliers son produit issu des départements de la Bouenza et de la Lékoumou.

L'amoureux du travail de la terre achète des produits agricoles auprès des paysans puis les revend aux grands consommateurs à Brazzaville. Il envisage de se lancer dans la production agricole, afin de contribuer à l’augmentation du revenu du secteur au niveau national.

« Je voudrais disposer à terme des terres pour cultiver dans la perspective de maîtriser les coûts. Il y a une volatilité des prix sur le marché », indique Philippe Nkounkou et de préciser: « Notre objectif est de valoriser la production agricole en se fondant dans un premier temps sur la banane qui est l’un des produits les plus consommés au monde ».

La population paysanne se réjouit que ce dernier brave les pistes rurales pour acheter sa production. « Les paysans sont contents de trouver l’opportunité d’écouler aisément leurs régimes de banane et d’autres fruits comme le citron, l’orange et la pamplemousse », explique-t-il.

Les routes construites dans le cadre du programme de la municipalisation accélérée facilitent l’accès en zone rurale. Philippe Nkounkou dispose des contacts réguliers avec les producteurs des localités de Mbounou à 45km de Mouyondzi (Bouenza) et de Zanaga (Lékoumou) ainsi qu’avec ceux d’autres villages.  

Il salue l’initiative prise par le gouvernement de développer les cultures de manioc, du cacao et de la banane, estimant que celle-ci permettrait d’améliorer l’existant, d’encourager les paysans à cultiver davantage et à rendre meilleure la production.

Philippe Nkounkou constate, par ailleurs, quelques faits négatifs dans l’arrière-pays, notamment l’exode rural, le vieillissement de la population paysanne, le manque de connaissance de nouvelles techniques agricoles susceptibles de promouvoir la qualité et la quantité des rendements.

Observé depuis plusieurs années, le dépeuplement de la population villageoise s’est accentué ces derniers temps à cause, entre autres, de la dégradation des conditions de vie en campagne. Cette situation risque si l’on n’y prend garde de saper les efforts de développement entrepris en milieu rural.

Il sied ainsi d’adopter une nouvelle approche de développement consistant à bâtir les infrastructures de base en campagne pour sédentariser la population. Une telle démarche éviterait le déplacement des ruraux vers les grandes villes où ils occupent souvent les quartiers périphériques exposés aux intempéries.

Christian Brice Elion

Légendes et crédits photo : 

Un régime de banane

Notification: 

Non