Aires protégées : le Parc national des Virunga rouvert aux visiteurs

Lundi 18 Février 2019 - 19:03

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La direction du site, en collaboration avec le gouvernement congolais, rassure sur des garanties sécuritaires offertes tout autour.

La direction du Parc national des Virunga (PNVI) a décidé, le week-end dernier, la réouverture de cette aire protégée aux touristes, près de neuf mois après sa fermeture à la suite de plusieurs incidents meurtriers. Son directeur de communication, Joël Wengamulayi, a indiqué à radiookapi.net que cette ouverture allait officiellement être annoncée dans un communiqué qui sera publié par l’Institut congolais pour la conservation de la nature/Parc national de Virunga (ICCN/PNVI).

Cette réouverture, a précisé Joël Wengamulayi, a été décidée par la direction du parc en collaboration avec le gouvernement congolais après des garanties sécuritaires offertes tout autour de cette activité. « N’empêche que la situation reste celle que nous connaissons, mais nous ne ménageons aucun effort pour assurer aux touristes la sécurité la plus optimale et la visite inoubliable aux gorilles, au Nyiragongo et au Lac Tshegera. Nous sommes en partenariat avec tous les agences et corps constitués en matière de sécurité », a-t-il assuré.

Un important manque à gagner

Cette fermeture, a déploré le chargé de communication auprès de l’ICCN/PNVI, a occasionné un manque à gagner important sur les revenus du tourisme. Il a rappelé que ce parc a perdu une grande saison et une basse saison des visites, notamment du volcan Nyiragongo et des gorilles de montagne. « Le manque à gagner se chiffre à plusieurs millions de dollars, pour nous directement en termes de permis de visite et séjour au parc, mais aussi pour tous les services connexes », a-t-il expliqué.

Il a signifié que la suspension du tourisme dans le PNVI a été décidée par la direction de ce site, à la suite d’attaques consécutives perpétrées par les hommes armés présumés contre les convois des touristes en mai 2018, qui ont causé la mort d’une écogarde et le kidnapping de touristes étrangers.

Lucien Dianzenza

Notification: 

Non