Opinion

  • Éditorial

Albinisme

Vendredi 28 Septembre 2018 - 20:28

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


« Nous ne sommes pas différents des autres qui nous rejettent », la phrase de Mack Milla, une jeune albinos récemment sous les projecteurs d’un concours de beauté, sonne comme un appel à amplifier et faire entendre la voix des personnes souffrant d’albinisme. Du fond de ce cri silencieux mais lucide, ce sont des épisodes sombres d’une enfance marginalisée et d’une société qui continue à éjecter des bribes d’une discrimination, même muette.

À travers l’interview que nous publions dans ce numéro, nous sommes persuadés que l’albinisme continue d’être profondément mal compris, aussi bien sur le plan social que médical. L’apparence physique des personnes souffrant d’albinisme est souvent l’objet de croyances et de mythes erronés découlant de la superstition, ce qui favorise leur marginalisation et leur exclusion sociale.

Devrons-nous rester muet devant ce qui apparaît comme la pire des expressions d’une « déshumanisation », alors que l’albinisme n’est qu’une maladie ? Au même titre que les cris du cœur dressés pour revendiquer plus de droits à l’égard des albinos, nous emboîtons le pas pour appeler les autorités compétentes à poursuivre les auteurs de discrimination et de crimes.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/10/2018 | Assises
▶ 20/10/2018 | Rapport
▶ 19/10/2018 | Osons rire !
▶ 18/10/2018 | Histoire
▶ 17/10/2018 | Les fruits du Congo
▶ 13/10/2018 | Leçon
▶ 13/10/2018 | L’enfant et la télé
▶ 12/10/2018 | Urgence
▶ 10/10/2018 | Entretien