Opinion

  • Éditorial

Allègement

Samedi 26 Septembre 2020 - 16:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Les mesures édictées par le gouvernement dans le cadre de la crise sanitaire de Covid-19 courent depuis le mois de mars. Confrontés à cette pandémie, tous les pays ont pris des précautions pour tenter d’endiguer sa propagation. D’une région à l’autre du monde, les résultats de ces restrictions sont variés. L’Afrique notamment a mieux résisté à la vague de contaminations et aussi démenti les pronostics qui doutaient qu’elle ne se relève de cet ennemi des nations.

Le moment est-il venu pour les Congolais de baisser la garde ? Non, sans doute. En même temps, les six derniers mois, durant lesquels la mesure de confinement total imposée à la population a fait place à un déconfinement progressif, puis général et au cours desquels le couvre-feu, d’abord renforcé, a été aménagé avant d’être à nouveau durci ; ces six mois, cela va sans dire, ont eu des effets désastreux sur le quotidien de cette population.

On devrait saluer le fait qu’en raison des mesures draconiennes que les Congolais ont intériorisées la situation sanitaire de Covid-19 est jugée sous contrôle et aussi entendre les supplications qu’ils émettent. Tous demandaient depuis plusieurs jours que Brazzaville et Pointe-Noire, les deux principales agglomérations du pays où le couvre-feu a été maintenu de 20 heures à 5 heures du matin soient décongestionnées. Ils viennent de l’obtenir et sont soulagés. A partir du 28 septembre minuit, le couvre-feu sera en vigueur entre 23 heures et 5 heures du matin.

Avec la reprise des cours dans tous les établissements scolaires et universitaires, l’urgence s’imposait de repousser le couvre-feu, de revoir les dispositions liées au transport en commun, tout en insistant sur l’observation des mesures barrières. En tout état de cause, une mesure comme le lavement régulier des mains participe de l’hygiène générale, elle préserve contre le coronavirus tout autant que contre d’autres pathologies. Il est utile qu’avec elle le port du masque reste une exigence.

Alors que les frontières aériennes sont ouvertes depuis, la crainte d’une nouvelle vague de Covid-19 dans les pays qui ont repris de communiquer avec le Congo par air mérite une attention toute particulière des autorités.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 28/10/2020 | Epilogue
▶ 28/10/2020 | Solidarité
▶ 28/10/2020 | 1940-2020
▶ 24/10/2020 | Engouement
▶ 22/10/2020 | Incontournable !
▶ 21/10/2020 | A cœur ouvert
▶ 20/10/2020 | Conseil
▶ 19/10/2020 | Mémoire
▶ 19/10/2020 | 20 jours de plus
▶ 16/10/2020 | Slogan