Opinion

  • Éditorial

Alliances

Samedi 21 Décembre 2019 - 16:25

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Qui peut prédire la nature et l’ampleur des alliances qui se tisseront dans le champ politique congolais dans la perspective de la présidentielle de 2021 ? A l’heure qu’il est, il semble difficile de s’en faire une idée bien précise. Pourtant, il ne fait pas de doute que dès le début de l’année prochaine, la référence aux échéances électorales à venir rythmera les prises de parole des entrepreneurs du secteur.

La majorité présidentielle et l’opposition ont dans tous les cas, commencé à en parler. Le premier camp entérinera sans doute, avant-date, la candidature de son leader dans le sillage du cinquième congrès du Parti congolais du travail qui s’ouvre le 27 décembre ; le second ne manquera pas de le faire à son tour, même s’il faut s’attendre, en ce qui le concerne, à une avalanche de préalables liés à la mise en œuvre du processus électoral.

Même s’il n’a pas fait allusion aux élections dans son message sur l’état de la nation, le 17 décembre, le président de la République n’en a pas moins donné l’occasion aux acteurs politiques de s’exprimer sur la question. Le cas de Guy-Brice Parfait Kolelas qui envisage de répéter son geste de l’année 2016 en se portant candidat en 2021. L’homme dit être attaché à son rêve d’enfance de devenir président de la République. On peut toutefois retenir un autre de ses propos à cette occasion, à savoir qu’il est prêt à s’effacer pour un autre candidat qui pourrait le convaincre de sa vision pour le Congo.

Ceci pour dire qu’il est encore tôt de dessiner les contours des futurs rendez-vous électoraux. On peut aussi s’attendre à ce que les dirigeants des partis exposent leurs divergences de vues sur le calendrier politique dans la mesure où une partie de l’opposition structure ses revendications autour d’un dialogue qui conduirait à la création d’une transition. Toute chose jugée incompréhensible par la majorité qui, elle, dit ne pas souhaiter installer le pays dans une instabilité institutionnelle que rien, concrètement, ne justifie.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/2/2020 | Jeunesse
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie
▶ 12/2/2020 | Disponibilité