Opinion

  • Éditorial

Appui

Samedi 14 Avril 2018 - 19:32

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Faut-il s'étonner que la France s'engage clairement et résolument au côté du Congo dans la recherche d'une solution pérenne aux difficultés financières que celui-ci doit surmonter dans le moment présent ? Evidemment non étant donné, d'une part, la volonté clairement affirmée des autorités de la République de mettre de l'ordre dans sa gouvernance, étant donné, d'autre part, le rôle que joue notre pays dans la prévention et la gestion des crises en Afrique, étant donné, enfin, l'importance croissante que revêt pour les grandes puissances de l'hémisphère  nord cette partie du monde et tout particulièrement l'immense Bassin du Congo où se déroule la bataille décisive de la lutte contre le dérèglement climatique.

S'il est vrai que l'Etat congolais va devoir respecter strictement les termes de l'accord dont les bases seront jetées dans les prochaines heures avec la délégation du Fonds monétaire international (FMI), il l'est tout autant que l'Etat français, de son côté, doit soutenir sans réserve les pays comme le nôtre avec lesquels il entretient des liens séculaires. L'Histoire, la grande Histoire, est là pour le rappeler qui a vu nos deux pays s'entraider à maintes reprises dans des moments difficiles comme en témoignent le Mémorial Pierre-Savorgnan-de- Brazza, la Basilique Sainte-Anne ou la Case de Gaulle élevés en plein cœur de notre capitale, Brazzaville.

Au-delà du Congo, ce qui se joue aujourd'hui n'est pas autre chose que le maintien de la paix dans une région du continent africain qui sera demain l'une des plus dynamiques de la planète du fait de son dynamisme humain comme de l'ampleur de ses richesses naturelles. Et c'est bien ce qu'Emmanuel Macron, assisté par des personnalités comme Jean-Yves Le Drian et Bruno Lemaire qui connaissent parfaitement les  pièces de ce dossier stratégique, a compris dès son arrivée à l'Elysée. D'où l'appui officiel qu'il vient de réaffirmer par l'intermédiaire de son ministre des Finances, lors de la réunion biannuelle des quatorze ministres de la Zone franc CFA qui s’est tenue vendredi à Brazzaville.

A nous maintenant de démontrer que nous sommes capables de tenir les engagements que nous allons signer avec le FMI.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste
▶ 6/12/2018 | Implication
▶ 5/12/2018 | Survie
▶ 4/12/2018 | Gilets
▶ 3/12/2018 | Signal
▶ 30/11/2018 | Qui après l’Angola ?