Art acrobatique: Strauss Serpent, l’incroyable talent

Vendredi 7 Décembre 2018 - 11:52

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

À seulement 22 ans, le jeune congolais fait partie de la nouvelle génération des contorsionnistes du pays bien partie pour briller à l’international.

Considéré comme un espoir de l’art acrobatique congolais, le jeune homme ne cesse de marquer les esprits.  Dans une prestation inouïe, le 30 octobre dernier, Strauss a une fois de plus excellé dans son art, lors de sa prestation au concours "La France a un incroyable talent".

Le jury et les téléspectateurs ont découvert un jeune homme qui se sert de son corps pour dessiner des figures et raconter des histoires. Quasi inconnu en France, il est devenu à cet instant la voix des contorsionnistes congolais en particulier et africains en général, qui militent pour la reconnaissance de leur art à travers le continent et sous d’autres cieux. « C’est ma première scène ici, en Europe, j’ai voulu venir en France pour l’épanouissement de mon art, parce que ma société ne me permet pas d’avoir une place. En Afrique, quand tu es appelé “artiste”, tu dois forcément être musicien », a-t-il expliqué sur le plateau après sa performance du 30 octobre dernier.

De ses débuts nous retenons que le parcours de Strauss Serpent n’a pas été parsemé de roses. Contorsionniste depuis 2011, il s’est battu pour faire valoir son talent. « Ce n’était pas facile, au début, les gens se moquaient de moi. On m’a chassé de la maison. A un moment, j’ai décidé de quitter le pays, parce que le pays ne permettait pas que mon art s'épanouisse. Il a fallu que je quitte le Congo à pied, que je fasse quatorze jours dans la forêt pour arriver au Cameroun. C’était un enfer »,  a- t-il raconté sur le plateau de "La France a un incroyable talent ".

Aujourd’hui, son dur labeur porte les fruits. Après avoir fait ses preuves en Afrique, remportant en 2017 la version africaine de "La France a un incroyable talent", Strauss Serpent s’est lancé à la conquête de l’Europe, avec son bon aura, il a su saisir le cœur d’Éric Antoine, un des jurés dudit concours. Ce dernier n’a pas résisté à l’envie d’appuyer sur le Golden Buzzer et  placer le contorsionniste au rang des finalistes.

C’est une grande opportunité qu’Éric Antoine a offert à ce jeune artiste. Il a, ainsi, ouvert les portes de l’internationalisation de sa carrière. L’artiste, qui  émerveille et parfois terrifie le public avec son incroyable agilité, peut désormais rêver d’une deuxième victoire.

Durly Emilia Gankama

Légendes et crédits photo : 

Images illustratives

Notification: 

Non