Opinion

  • Éditorial

Attentes

Mardi 17 Décembre 2019 - 11:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le moins que l’on puisse dire, à quelques heures du message que le président de la République doit adresser aux sénateurs et aux députés réunis en Congrès dans les travées du parlement, est qu’au-delà de ces deux assemblées, l’opinion publique congolaise tout entière scrutera phrase par phrase, mot par mot, le propos que tiendra la plus haute autorité de l’Etat. Avec l’espoir qu’enfin elle pourra croire en la venue de jours meilleurs après avoir vécu les cinq longues années de galère que l’effondrement brutal des cours de l’or noir sur les marchés mondiaux a provoquées à l’échelle nationale.

Si le chef de l’Etat a choisi de délivrer son message sur l’état de la nation ce 17 décembre, bien avant donc la fin de l’année 2019, c’est certainement parce qu’il a pleinement conscience des attentes de la société civile congolaise et que, de ce fait, il juge le moment venu de dire à ses concitoyen la vérité, toute la vérité sur les causes de cette crise comme sur les mesures qui permettront d’en corriger les effets néfastes. Regarder la vérité en face n’est-il pas, chez nous comme partout ailleurs dans le monde, le meilleur moyen de combattre le mauvais sort en prenant les dispositions nécessaires avant qu’il ne soit trop tard ?

N’anticipons pas sur ce que dira le chef de l’Etat aux élus de la Nation ; lui seul et ses proches le savent, en effet, à l’heure où sont écrites ces quelques lignes. Mais soulignons sans le moindre doute le fait que la délivrance de ce message est essentielle dans le moment présent puisqu’elle peut et doit conforter nos compatriotes dans leur volonté de soutenir l’Etat pour la remise en ordre de la gouvernance publique qui permettra au Congo de sortir du fossé dans lequel il s’est enlisé, faute d’avoir su anticiper la crise pétrolière.

Alors que se profilent à l’horizon deux échéances politiques majeures – l’élection présidentielle et les élections législatives –, rien n’est plus important que d’expliquer de façon claire aux citoyens congolais pourquoi ils peuvent croire, espérer en un avenir meilleur. N’ayant pas cédé aux démons du désespoir et de la violence qui ravagent tant de pays de par le vaste monde, la société civile congolaise a prouvé sa maturité, sa capacité à anticiper un avenir meilleur. Elle mérite que la plus haute autorité de l’Etat confirme que ses attentes ont été entendues et qu’elle en aura rapidement la preuve très concrète.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/2/2020 | Jeunesse
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie
▶ 12/2/2020 | Disponibilité