Opinion

  • Éditorial

Avertissement

Lundi 6 Janvier 2020 - 16:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


L’avertissement dont il est question ici est celui que le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, a envoyé hier matin à la communauté mondiale lors de la cérémonie traditionnelle des vœux du corps diplomatique organisée dans les salons du Palais présidentiel, à Brazzaville. Il peut être résumé en quelques lignes de la façon suivante :

 

  1. La détérioration continue de l’environnement humain, en particulier la hausse de la température sur les cinq continents et la montée des eaux qui en découle directement ou indirectement, met directement en danger la survie de notre espèce. Si les actions engagées, notamment en Afrique, pour combattre ce fléau ne sont pas soutenues par toutes les nations, l’année 2020 qui débute verra se multiplier les catastrophes naturelles. Il est temps d’en prendre conscience au plus haut niveau des Etats.

 

  2. La montée des tensions au Proche et au Moyen-Orient ainsi que dans la région du Sahel risque de déboucher à tout instant sur des conflits de grande ampleur contre lesquels il sera difficile, voire même impossible de lutter. Si l’Afrique ne peut rien faire pour apaiser ces tensions dans l’immense région du Levant où l’Iran et les Etats-Unis s’affrontent désormais à fleurets démouchetés elle peut, en revanche, s’organiser pour résoudre les problèmes qui déchirent la Libye et plus généralement le Sahel.

 

Disons-le clairement, ce double message doit être entendu par ceux auxquels il s’adresse. D’abord parce qu’il relève du simple bon sens. Ensuite et surtout parce qu’il est exprimé de façon claire par un homme d’Etat africain qui agit depuis longtemps sur ces deux terrains : à travers le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo dans le domaine très stratégique de la protection de la nature, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye dans le domaine de la pacification du Sahel.

 

L’avenir proche dira si la voix de Brazzaville a été entendue et si la raison l’emportera sur la passion. Mais en attendant soulignons le fait que dans le moment même où les dirigeants de grandes puissances se lancent dans une surenchère verbale dangereuse d’autres s’emploient à prôner la sagesse.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/2/2020 | Coronavirus
▶ 22/2/2020 | Jeunesse
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie