Opinion

  • Éditorial

Bilan

Samedi 25 Mai 2019 - 18:32

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Au terme de la belle, très belle semaine qui a marqué le soixante-dixième anniversaire de Présence Africaine, célébré à Brazzaville, il n'est pas inutile d'en dresser le bilan. Non pour tresser des couronnes à celles et ceux qui l'ont organisé - la famille d'Alioune Diop, l'Université Marien-Ngouabi, l'Institut français du Congo (IFC), Adiac et Les Dépêches de Brazzaville, autrement dit nous-mêmes -, mais pour souligner à quel point cette maison d'édition africaine et la revue qu'elle édite sont présentes dans l'univers de la littérature et donc de la pensée.

Fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans le moment même où les peuples africains se mobilisaient pour mettre un terme à l'ère coloniale et accéder à l’indépendance, Présence Africaine n'a rien perdu de sa vitalité ni de sa volonté de contribuer à l'émergence du continent noir. En ont témoigné les propos tenus tout au long de cette semaine par les dirigeants de la revue - Suzanne Diop, Romuald Fonkoua, Marie Kattié -, par plusieurs de ses prestigieux auteurs - Henri Lopes, Théophile Obenga, Tchitchellé Tchivela - dans un film réalisé pour cette manifestation, par les dirigeants des institutions qui l'accompagnaient - le doyen et le recteur de l'Université Marien-Ngouabi, l'ambassadeur de France, la directrice de l'IFC -; mais aussi la présence dans les travées de la salle de conférence de l'Institut français de centaines de collégiens et d'étudiants venus assister aux conférences et aux débats.

Comme l'a fait remarquer très justement l'auteur et ministre d'Etat, Henri Djombo, à l'occasion d'un débat avec le Pr André Patient Bokiba, Présence Africaine vit aujourd'hui plus encore qu'hier. Loin de s'affaiblir avec le temps, son influence dans le monde littéraire continue de marquer l'évolution des idées sur la place que l'Afrique doit occuper dans une sphère mondiale en pleine évolution. Il importe donc au plus haut point de l'accompagner dans sa démarche intellectuelle. Et c'est bien ce qui s'est dit en aparté lors de la magnifique et très musicale croisière sur le fleuve Congo que nous avons offerte, vendredi, à des invités venus de tous les horizons.

Alioune Diop, là où il repose, peut être rassuré : Présence Africaine sera demain plus vivante et donc plus influente que jamais. 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/9/2019 | Appels perdus
▶ 13/9/2019 | Start-up
▶ 13/9/2019 | Education
▶ 12/9/2019 | Volonté
▶ 11/9/2019 | Investir
▶ 10/9/2019 | Regards
▶ 9/9/2019 | Réputations
▶ 6/9/2019 | Bilan
▶ 5/9/2019 | Faire avec
▶ 4/9/2019 | Nature