Opinion

  • Éditorial

Bourbier

Samedi 25 Janvier 2020 - 16:55

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


L’idée que la dégradation avancée des voiries urbaines à Brazzaville appelle à une mobilisation des moyens et des initiatives par les pouvoirs publics et la population est largement partagée. Nous avons rendu compte ces jours derniers de l’ampleur du désastre environnemental dans la capitale et à l’intérieur du pays ; avons aussi informé de quelques initiatives prises à différents niveaux pour atténuer la souffrance des sinistrés.

Dans le cas des inondations survenues le long du fleuve Congo jusqu’au nord du pays, il semble que l’eau se retire, que les riverains regagnent leurs habitations et pour ceux qui s’y accommodent bien, le temps de quelques réparations, ils retourneront à leurs travaux routiniers, au nombre desquels la pêche. Il est certain que dans trois-quatre mois, à Mossaka, comme à Makotimpoko, les gens se reprendront en charge comme si de rien n’était.

Cela ne sera pas tout à fait le cas encore à Brazzaville où des zones entières de résidence sont pour de bon englouties par le sable. En revanche, le défi que posait l’érosion de Ngamakosso, dans le sixième arrondissement Talangaï est en passe d’être relevé. Même s’ils devront encore attendre quelques mois avant de renouer avec la circulation le long de ce tronçon qui rallie le viaduc à Kintélé, l’espoir renait au regard de l’avancée des travaux comme nous avons pu le constater et le signalons dans cette édition.

Posons-nous la question, cependant, de savoir si Ngamakosso pourrait sortir de l’impasse une fois l’érosion refermée. Pas si sûr si d’autres travaux d’assainissement ne sont pas entrepris. Car cette route bâtie à la jonction des versants est devenue le lit des eaux ruisselantes qui, dans leur course éperdue, charrient du sable en quantité. L’abondante pluviométrie à Brazzaville, imputée en partie au changement climatique, n’est pas faite pour faciliter les choses.

De ce qui précède, prions qu’un programme ambitieux de réhabilitation de notre ville principale devienne une urgence publique dans les mois à venir.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/2/2020 | Coronavirus
▶ 22/2/2020 | Jeunesse
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie