Brazzaville : une pointe d’érosion sur le boulevard Denis-Sassou-N’Guesso

Mardi 21 Janvier 2020 - 15:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Si rien n’est fait pour empêcher, au plus vite, l’élargissement de cette pointe d’érosion elle pourra prendre de l’ampleur et rendre l’avenue impraticable en cette saison des pluies.

A l’angle de la clôture du ministère de l’Economie forestière et du développement durable, qui donne sur le boulevard Denis-Sassou-N’Guesso, une pointe d’érosion a pris forme. Le trou n’est pas assez large mais une partie de la chaussée est déjà rongée. Les eaux de pluie qui y ruissellent pour déboucher sur le conduit d’eau, juste à côté, aggravent jour après jour la situation. Les câbles électriques souterrains sont sortis de terre. A quelques pas de là, juste à l’entrée du jardin public (près du ministère des Mines), la chaussée s’est également fissurée. Le boulevard et la rue qui mène au Tribunal de Grande instance sont donc menacés des deux côtés. Les services compétents devraient donc tout mettre en oeuvre au plus vite  pour éviter que ces deux pointes d’érosion ne se développent et ne se joignent.

Il y a quelques mois, rappelons-le, devant le siège de l’Agence de régulation des postes et télécommunications une pointe d’érosion, à laquelle les pouvoirs publics n’ont pas fait attention, s’est aggravée suite aux pluies au point de causer des accidents puisqu’un véhicule s’est renversé dans le trou béant de l’érosion qui s’est déclarée par la suite. Cette avenue, aujourd’hui en cours de réhabilitation, est fermée à la circulation jusqu’à la fin des travaux.

En dehors des érosions déjà existantes, la multiplication des pointes d’érosion devrait élever le niveau de vigilance et d’alerte des autorités compétentes pour anticiper leur élargissement aux conséquences graves et multiples sur l’environnement, la circulation, les habitations… Les derniers dégâts enregistrés dans la capitale les ont mobilisés. Les membres du gouvernement, les parlementaires, les autorités préfectorales ont effectué des descentes. Pour la pointe d’érosion sur le boulevard Denis-Sassou-N’Guesso, épine dorsale de la circulation routière, il faudrait éviter que le pire n’arrive.

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

une vue de la pointe d'érosion

Notification: 

Non