Opinion

  • Éditorial

Brut

Mardi 17 Septembre 2019 - 12:42

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Que la dégradation de la situation dans le golfe Persique et l’attaque menée par des drones, samedi, contre les installations pétrolières d’Aramco en Arabie saoudite provoquent une nouvelle flambée des cours du brut sur les marchés mondiaux n’a rien de surprenant. Depuis des mois, en effet, nos lecteurs le savent bien puisque nous ne cessons de l’évoquer ici même, la tension s’aggrave dans cette partie du monde entre les Sunnites saoudiens et les Chiites iraniens au point de laisser craindre un conflit de grande ampleur qui ravagerait le golfe Persique et plus généralement, d’ailleurs, l’ensemble de la péninsule arabique. 

Si les pays comme le nôtre ne peuvent évidemment rien faire pour aider la communauté internationale à trouver une solution pacifique à la crise qui ne cesse d’enfler, ils peuvent et doivent, en revanche, se préparer aux conséquences que celle-ci aura inévitablement pour eux. Et, par conséquent, prendre dès à présent les décisions nécessaires dans les deux domaines très stratégiques que voici :

° Anticiper la hausse continue des cours de l’or noir que provoqueront la réduction brutale de la production saoudienne et plus encore, si elle se produit, la fermeture totale ou partielle du Détroit d’Ormuz par où transite près d’un tiers de la production mondiale d’hydrocarbures. Si cette hausse se confirme, elle nous permettra, en effet, de réduire beaucoup plus vite que prévu la dette que nous avons accumulée ces dernières années et de conclure avec les traders pétroliers des accords plus raisonnables. Avec tous les effets positifs que la remise en ordre accélérée de nos finances aura pour notre économie.

° Accélérer le développement de nos propres gisements de pétrole et de gaz, mais aussi la mise en place des infrastructures industrielles qui permettront demain d’en tirer le meilleur profit : installations pétrolières, usines de traitement de pétrole et de gaz, oléoducs et gazoducs. Si, en effet, comme c’est probable, les gisements d’hydrocarbures découverts dans le département de la Cuvette tiennent leurs promesses, le Congo deviendra très vite l’un des plus importants producteurs d’or noir du continent africain. Avec toutes les conséquences que cela aura sur l’économie nationale.

Anticiper l’avenir dans un tel contexte ne peut avoir que des effets positifs.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 20/11/2019 | Rigueur
▶ 19/11/2019 | Violence
▶ 18/11/2019 | Peuples
▶ 15/11/2019 | Dette
▶ 14/11/2019 | Pool Malebo
▶ 14/11/2019 | Echéance
▶ 13/11/2019 | Migrations
▶ 11/11/2019 | Cauchemar
▶ 9/11/2019 | Services
▶ 8/11/2019 | Claque