Cantines scolaires : les Etats-Unis envisagent de passer la main aux autorités congolaises

Mercredi 10 Octobre 2018 - 15:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En mission de travail au Congo, une délégation du département américain de l’Agriculture a échangé, le 9 octobre à Brazzaville, avec le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, en présence du représentant du Programme alimentaire mondial (PAM), Jean-Martin Bauer.

Finançant le programme d’alimentation scolaire au Congo depuis quatorze ans, les Etats-Unis d’Amérique entendent confier la tâche aux autorités congolaises, afin qu’elles puissent prendre totalement le relais. « Cela fait partie d’un processus long de transition vers la durabilité, passer éventuellement la main aux autorités congolaises, dans l’animation du programme et pour fournir mieux des produits locaux, parce qu’il faut se souvenir que c’est depuis quatorze ans que les Etats-Unis fournissent les dons de nourriture en faveur des écoles des départements du Congo. Le montant est assez important : environ soixante millions de dollars dans la nourriture », a expliqué le chef de mission adjoint de l’ambassade des Etats-Unis au Congo, Matthew V. Cassetta, qui a conduit la délégation. 

En effet, considérés actuellement comme le donateur principal du programme de cantines scolaires au Congo, les Etats-Unis ont signé récemment un accord avec le PAM pour la mise en œuvre du programme McGovern-Dole. D’un montant de trente millions de dollars, soit environ quinze milliards FCFA, cette nouvelle contribution du gouvernement américain permettra d’assister, pendant cinq ans, soixante mille élèves dans quatre cent soixante-dix écoles, issues de sept départements.  Il s’agit, entre autres, de la Bouenza, de la Lékoumou, du Pool, des Plateaux, de la Likouala et de la Sangha, avec un accent particulier sur les écoles Ora (Observer, réfléchir, agir).

« Nous avons discuté des grandes priorités, des grands chantiers de l’alimentation scolaire au Congo, notamment le besoin d’arriver à une certaine durabilité du programme qui passera par le renforcement des capacités du ministère, l’utilisation davantage de produits locaux, l’implication des petits producteurs pour qu’on puisse, en définitive, faire comme dans d’autres pays où le programme des cantines scolaires est géré par le gouvernement », a expliqué, de son côté, le représentant du PAM au Congo.  

Outre les Etats-Unis, il y a d’autres bailleurs bilatéraux, dont le Japon qui a apporté récemment une contribution additionnelle d’environ deux millions de dollars.  L’Union européenne a, quant à elle, financé le programme pilote d’achat de haricot au niveau de la Bouenza.

Jean-Martin Bauer espère, par ailleurs, que le gouvernement congolais, qui était avant la crise économique le premier bailleur des cantines scolaires dans le pays, retrouvera sa place d’antan, afin d’en assurer la durabilité. « C’est tous ensemble : le gouvernement, les partenaires, les communautés, que nous arrivons à avoir un programme qui fait beaucoup du bien à des milliers d’enfants congolais. Le ministre nous a rappelé qu’on ne mange pas seul. Manger, c’est une activité qui rassemble beaucoup de personnes », a-t-il conclu.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

La photo de famille/Adiac

Notification: 

Non