Opinion

  • Éditorial

Canular

Jeudi 28 Novembre 2019 - 18:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Nous sommes donc à l’aube d’une nouvelle menace. Celle de la version la plus aboutie et la plus contemporaine des fake news : le deepfake. Ces vidéos qui abusent du visage d’une personnalité publique ou d’un simple individu pour lui faire dire ou faire des choses auxquelles elle n’avait jamais pensé. L’hypertrucage n’est plus du tout une illusion, maintenant que des applications fondées sur l’intelligence artificielle arrivent à superposer des fichiers audio et vidéo existants sur d’autres vidéos.

Bien que ces technologies, pour la plupart en libre accès, n’aient presque pas encore fait de victimes chez nous, l’heure est à la prise de conscience sur la place que prend désormais la vidéo ou un document audio défini jusque-là comme l’enregistrement de la réalité. Dans un avenir proche, si l'on n’y prend garde, ces canulars et nouvelles supercheries risquent de prendre de plus en plus de place dans les nouveaux registres de l’imposture et de la manipulation.

Doit-on déjà réfléchir à une riposte avant que ces médias ne viennent fragiliser notre démocratie en efflorescence ? Evidemment oui. Si la construction sociale de la réalité est en pleine mutation à cause des dérives de la technologie, la conception d’un meilleur écosystème permettrait d'anticiper les révolutions. Car la vulgarisation des outils technologiques permettant la réalisation de ces vidéos qui déplacent les frontières de la vérité peut déjà faire l’objet d’une véritable réflexion.

Les Dépêches du Bassin du Congo

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/10/2020 | 20 jours de plus
▶ 16/10/2020 | Slogan
▶ 15/10/2020 | Maturité
▶ 14/10/2020 | Soutien
▶ 14/10/2020 | Reprise
▶ 12/10/2020 | Echanges
▶ 10/10/2020 | Autant se parler
▶ 9/10/2020 | Courage !
▶ 8/10/2020 | Tiers-monde
▶ 7/10/2020 | Immobilier public