Opinion

  • Éditorial

Civisme

Mercredi 5 Septembre 2018 - 19:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans le moment même où semble se préciser le ramassage des armes et le retour des déplacés dans la partie du département du Pool qui fut à nouveau durement frappée par la rébellion des partisans du "pasteur Ntoumi", il revient à la société civile, dans son ensemble, de veiller à ce que le pire ne se reproduise pas dans les années à venir. Mais ceci ne pourra être obtenu que si l'éducation civique, autrement dit le respect de l'autre, la protection de la liberté individuelle et collective, le rejet de la violence sous toutes ses formes, l'affirmation de l'Etat de droit sont enseignés à ceux et celles qui n'en tenaient jusqu'à présent aucun compte, pensant que seule la force garantirait leur existence.

Pour dire les choses de façon encore plus claire, il importe au plus haut point, maintenant que la paix semble sur le point de se rétablir durablement dans la zone géographique concernée, de faire ou de refaire de l'éducation civique sous toutes ses formes le ressort principal de la paix publique. Si, en effet, le nécessaire n'est pas accompli très vite dans ce domaine, l'on peut être certain qu'un jour ou l'autre, tôt ou tard, les dérives qui se sont produites tout au long des deux dernières années se reproduiront avec les conséquences dramatiques que nous avons tous constatées.

Aussi nous semble-t-il important, sinon même indispensable, de consacrer à ce chapitre stratégique de la formation des nouvelles générations tous les moyens nécessaires : moyens financiers bien sûr car rien ne peut se faire si l'argent n'est pas au rendez-vous, mais aussi et surtout moyens humains avec l'installation sur le terrain concerné des structures sociales qui permettront de mener à bien ce projet. Si une telle stratégie est mise en place rapidement partout où la violence a imposé sa loi d'airain à la société civile, l'on peut être certain que très vite le climat changera et que, probablement, les bourreaux d'hier se feront eux aussi les acteurs de la paix retrouvée.

Ce que la population du Pool a vécu ces deux dernières années bien des peuples de par le vaste monde l'ont aussi vécu. Et l'Histoire est là pour démontrer sur les cinq continents que seule la formation, l'éducation sont capables d'apprendre aux hommes le respect de l'autre. Ne l'oublions donc pas dans le moment présent.

 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 14/11/2018 | Responsabilités
▶ 13/11/2018 | Réécriture
▶ 12/11/2018 | Forum
▶ 9/11/2018 | Pivot
▶ 8/11/2018 | Que dire ?
▶ 6/11/2018 | Réparer ?
▶ 6/11/2018 | Itinérance
▶ 3/11/2018 | Calvaire
▶ 3/11/2018 | Bassin du Congo