Opinion

  • Éditorial

Civisme

Mercredi 6 Février 2019 - 10:47

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans le moment où le Congo, notre Congo, repart du bon pied avec une gouvernance publique rénovée, un accord avec les institutions financières internationales qui se précise, une croissance qui va de ce fait s’accélérer, il n’est pas inutile de rappeler à ceux qui sont tentés de l'oublier que ce rebond ne portera réellement ses fruits que si chacun de nous fait preuve de civisme et ne tire donc pas la couverture à lui. Quitte à nous répéter car, nous l’avons écrit ici même à plusieurs reprises tout au long des derniers mois, le civisme, entendu dans son sens le plus large, doit figurer en tête des priorités du peuple congolais.

Le civisme, c’est-à-dire le respect des lois et des règlements qui encadrent notre jeune démocratie. Le civisme, c’est-à-dire la contribution de tous au redressement qui se dessine. Le civisme, c’est-à-dire l’aide apportée aux plus démunis et à ceux ou celles qui ont besoin de travailler pour vivre décemment. Le civisme, c’est-à-dire le rapatriement des sommes qui ont été mises à l’abri hors de nos frontières et dont le retour accélèrera grandement le processus de relance économique qui se dessine. Le civisme, c’est-à-dire en somme la prise en compte individuelle et collective de la solidarité sans laquelle il n’est pas de progrès social possible.

Dans les sociétés modernes, où la tentation du chacun pour soi est naturellement forte, le civisme est certainement l’une des vertus qui doit être enseignée aux plus jeunes dans le même temps où elle est rappelée aux adultes. Certes, il ne peut pas résoudre tous les problèmes auxquels ces sociétés se trouvent confrontées mais, il crée un climat de confiance qui lui-même ne peut que favoriser l’investissement, le développement économique, la création d’emplois sur toute l’étendue du territoire national. Nombre de pays en ont apporté la preuve ces dernières années sur les cinq continents.

Ajoutons à ce qui précède que le civisme est, en outre, la meilleure façon de lutter contre le gaspillage des ressources naturelles, agricoles notamment, dont notre pays regorge, mais qu’il peut contribuer aussi de façon décisive à la protection de cette même nature contre les dégradations que génère la suractivité humaine. Et tirons-en les conséquences dans le moment très particulier que nous vivons afin que chacun de nous puisse en cueillir les fruits.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/2/2019 | Démons
▶ 16/2/2019 | Pont
▶ 15/2/2019 | Danger !
▶ 14/2/2019 | Appuis
▶ 14/2/2019 | Parler vrai
▶ 13/2/2019 | Nature
▶ 12/2/2019 | Il se pourrait bien …
▶ 11/2/2019 | Congrès
▶ 8/2/2019 | Liens
▶ 7/2/2019 | Piraterie