Opinion

  • Éditorial

Clarté

Jeudi 5 Octobre 2017 - 13:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


À ceux qui prédisaient une dégradation des relations entre le Congo et le Fonds monétaire international à l'issue des travaux qui se sont déroulés à Brazzaville cette semaine les conclusions de la puissante institution mondiale ont apporté un cuisant démenti. Outre le fait qu'elles ont permis de préciser l'état exact des finances publiques de notre pays qu'impacte durement la chute brutale des cours du pétrole sur les marchés elles ont montré que le FMI est prêt à nous aider dans la recherche de solutions pratiques au problème que pose l'endettement de l'Etat.

Conclure de ce qui précède que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes serait évidemment aussi aventureux qu'illusoire car la crise que nous traversons, comme d'ailleurs nos frères et voisins d'Afrique centrale, est loin d'être terminée. Mais les autorités congolaises ont démontré, d'une part, qu'elles ne sous-estiment pas la gravité du problème auquel elles se trouvent confrontées, d'autre part qu'elles n'ont pas attendu l'arrivée de la délégation du FMI pour commencer à assainir les finances publiques et que, par conséquent, elles doivent être accompagnées dans leur longue marche vers l'équilibre budgétaire qui, seul, permettra de résoudre la crise présente.

Les semaines à venir permettront certainement de trouver des solutions pratiques aux problèmes de toute nature que pose la diminution des ressources de l'Etat, comme l'ont confirmé les propos tenus par le chef de la délégation du FMI à l'issue de l'entretien que celle-ci avait eu mercredi avec le chef de l'Etat. Et c'est bien la mission qui a été confiée par celui-ci au nouveau gouvernement de la République formé à l'issue des récentes élections législatives et sénatoriales. Chacun d'entre nous cependant doit, à la place qu'il occupe dans la société congolaise, se convaincre que seul l'effort collectif permettra de reprendre la marche vers l'émergence qui nous a permis de nous reconstruire au terme des guerres civiles de 1997,1998 et 1999.

La bonne foi du Congo étant démontrée et reconnue par la communauté internationale tout, en effet, doit être mis en œuvre maintenant afin que l'aide multiforme dont nous bénéficierons si un accord de long terme est conclu avec le FMI, ce qui n'est pas encore acquis, soit fondée sur des bases solides. L’enjeu est vital à tous égards.

 

   

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 16/10/2017 | Admettons …
▶ 16/10/2017 | Ignobles !
▶ 13/10/2017 | Havre de paix
▶ 12/10/2017 | Tensions
▶ 12/10/2017 | Pardonner
▶ 11/10/2017 | Réconcilier
▶ 9/10/2017 | Relais
▶ 5/10/2017 | Clarté
▶ 4/10/2017 | Sisyphe
▶ 3/10/2017 | Sages, Notables…