Opinion

  • Éditorial

Coalition

Lundi 30 Juillet 2018 - 20:50

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le fait que les chefs d'Etat de l'Afrique centrale et de l'Afrique occidentale se réunissent à Lomé, deux jours durant, afin de parler des crises qui menacent la sécurité des centaines de millions d'hommes, de femmes, d'enfants vivant dans ces deux sous-régions du continent envoie un signal fort à la communauté mondiale dans son ensemble. Ce message est, en effet, celui de la volonté des dirigeants africains de ne plus laisser à d'autres nations, aussi puissantes soient-elles, la prévention et la gestion des crises qui frappent l'immense espace concerné.

Au coeur de ce sommet CEEAC-Cédéao figurent, bien sûr, le radicalisme, le fanatisme religieux, le terrorisme, l'ethnicisme, bref les violences de toutes sortes qui dressent les populations les unes contre les autres et qui sont le plus souvent instrumentalisées par des acteurs extérieurs. Alors que le Mali se débat dans une crise sans fin, que la Libye ne parvient pas à restaurer son unité, que la Mauritanie et le Niger sont frappés de plein fouet par la déstabilisation de la zone sahélo-saharienne, que le Nigeria et le Cameroun sont plus que jamais la cible de Boko Haram, que la Centrafrique plonge à nouveau dans le chaos, que la République démocratique du Congo ne sait manifestement pas où elle va et fait face dans ses provinces de l'est à des agressions récurrentes, la prise de conscience dont il témoigne est plus que rassurante.

Il confirme le mouvement que l'on a vu se dessiner tout au long des derniers mois et qui débouchera sur la mise en place de dispositifs de défense collectifs qui, à terme plus ou moins rapproché, constitueront eux-mêmes un tournant stratégique majeur puisqu'ils rendront l'Afrique pleinement responsable de son propre destin. Certes il convient d'attendre, pour garantir ce qui précède, que les vingt-six pays présents hier et aujourd'hui dans la capitale du Togo signent le communiqué final de leur rencontre au sommet mais tout indique dès à présent que la page de l'égoïsme, du repli sur soi, de l'isolationnisme est en train de se tourner dans cette partie du monde.

Et que, par conséquent, la page de la coopération, de la responsabilité collective va enfin pouvoir s'écrire dans l'Histoire de notre continent. Avec toutes les conséquences positives que cela aura pour chacun de nous.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste
▶ 6/12/2018 | Implication
▶ 5/12/2018 | Survie
▶ 4/12/2018 | Gilets
▶ 3/12/2018 | Signal
▶ 30/11/2018 | Qui après l’Angola ?
▶ 30/11/2018 | Vivre ensemble