Cohésion sociale : les Congolais ont célébré le vivre ensemble dans la paix

Lundi 20 Mai 2019 - 19:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les sensibilités nationales de tous bords, dans l’unité et la cohésion, ont fêté, le16 mai à Brazzaville, la Journée internationale du vivre-ensemble instituée par les Nations unies le 8 décembre 2017.

 

« De la volonté de vivre ensemble au cœur de la République » est le thème sur lequel la Journée internationale du vivre ensemble dans la paix a été célébrée au plan national. « Unis dans la différence et dans la diversité », a été celui retenu au plan international.

« Le vivre ensemble ne proscrit pas les contradictions dans la société et ne condamne pas la divergence d’opinions. Mais face à ces facteurs limitants, le rôle de l’Etat consiste à ce que ces contradictions et ces divergences d’opinions ne détruisent pas la société », a souligné le Premier ministre, Clément Mouamba, lors de ladite célébration, le 16 mai. Pour garantir le vivre ensemble, selon lui, les exclusions qui créent les injustices doivent être évitées et les antivaleurs éradiquées.

Abordant dans le même sens, le président de l’association ‘’Désir d’unité’’, Jean de Dieu Kourissa, a appelé à la création des conditions d’un développement intégral pour qu’aucune communauté ne se sente exclue. L’exclusion et le rejet de l’autre sont un frein au développement, a-t-il fait constater, évoquant l’impérieuse nécessité de renforcer la cohésion nationale. « Les panels qui marquent la célébration du vivre ensemble dans la paix proposent des pistes novatrices pour construire l’unité en contexte de crise de valeur », a déclaré Jean de Dieu Kourissa. Il a estimé que le repli identitaire est une dérive dangereuse. L’acceptation de la pluralité, des différences dans l’unité, la culture de la tolérance devraient prendre le dessus, a-t-il laissé entendre.

Le représentant de l’Unesco, Jean Pierre Ilboudo, a quant à lui salué l’initiative de l’association Désir de l’unité qui a fédéré les Congolais pour échanger autour de la problématique du vivre ensemble dans la paix. Dans son mot de circonstance, il a mis en relief la nécessité de vivre ensemble dans l’acceptation des différences. La diversité des valeurs et des cultures doit être complémentaire, pense-t-il. Le diplomate onusien a, par ailleurs, souligné que dans le cadre du vivre ensemble dans la paix, de nouveaux défis sont à relever dans les sociétés actuelles marquées par les inégalités.

Les secrétaires exécutifs des conseils consultatifs de la jeunesse, de la société civile et de la femme ont donné le regard des différentes institutions qu’ils représentent. Tous ont appelé à l’unité et la cohésion, à bannir le discours de la division, au renforcement de la cohésion nationale.

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Les participants à la célébration du vivre ensemble dans la paix

Notification: 

Non