Concours international d’éloquence : Revon Auriol Ngoma Mabiala honore le Congo

Jeudi 23 Mai 2019 - 21:52

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le jeune étudiant congolais est parmi les quatre lauréats de la compétition organisée par  l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en partenariat avec l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).

L’activité dont la finale s’est déroulée le 21 mai à Paris, en France, dévoile une fois de plus l’intellect congolais. Revon Auriol Ngoma Mabiala est  étudiant en master en  droit privé à l’Université Marien-Ngouabi de Brazzaville. Il a ainsi reçu le Prix AUF qui récompense la prestation la plus créative de ce concours. Le tirage au sort lui avait attribué comme sujet « Le fou est-il l’échelle du sage ? ». Il a noblement défendu la version affirmative face à un défenseur de la version négative.

Plus de trois cents étudiants se sont inscrits pour cette édition. Les seize derniers candidats se sont retrouvés en demi-finale, le 10 mai. Après plusieurs mois de joutes acharnées, juste huit candidats d’universités d’Afrique, du Canada-Québec, d’Egypte et de France se sont affrontés en finale de la deuxième édition de ce concours international. Quatre prix ont été attribués. Ce concours international d’éloquence était  ouvert aux cinq continents.

Les autres lauréats

Mathilde Zerbo, étudiante à la faculté de médecine de de l’Université Saint-Thomas d’Aquin, au Burkina Faso, a remporté deux prix grâce à sa prestation sur le sujet « Sauve qui peut la vie », dans sa version affirmative. Un prix de la révélation a été attribué à Eliot Nouaille, étudiant en master philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, pour sa prestation sur le sujet « Le fou est-il l’échelle du sage ? ».

 Pour sa part, Julien Garrance, étudiant en licence en droit à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a remporté le prix Paris 1, qui récompense la meilleure prestation parmi l’ensemble des candidats. Le candidat s’est exprimé sur le sujet « Avoir le français suffit-il pour se comprendre ? »

En tout cas, tous ont dû faire preuve de talent, d’audace et recourir aux techniques de l’art oratoire pour convaincre les jurés et les spectateurs. Ils se sont affrontés devant un parterre de plus de trois cents personnes pour tenter de décrocher l’un des quatre prix du concours. 

Les candidats ont été départagés par un jury présidé́ par Georges Haddad, président de l’Université́ Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avec Nathalie Baye, comédienne, marraine du concours, et composé de Pierre Bonin, vice-président de la commission de la recherche ; Brigitte Boucher, journaliste à LCP ; Jérôme Cotillon, directeur général des services de la mairie du cinquième arrondissement de Paris ; Manon Laporte, conseillère de la Région Ile-de-France ; Ciprian Mihali, directeur régional de l’AUF pour l’Europe de l’ouest ; Hélène Sirven, vice-présidente de la commission de la recherche ; Pierre-Olivier Sur, avocat pénaliste, ancien bâtonnier du barreau de Paris.

Rude Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Revon Auriol Ngoma Mabiala

Notification: 

Non