Opinion

  • Éditorial

Concubinage

Samedi 16 Juin 2018 - 13:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Jeunes ou vieux, les concubins se frayent leur propre chemin de vie en couple, qu’importe qu’au seuil de cette relation qu’ils veulent stable, aucun acte administratif n’a posé le sceau juridique. Les unions libres, tant qu’elles brillent de mille feux, ont également le droit de subsister, confient-ils.  Mais jusqu’où ? C’est à cette question, souvent, que les réponses deviennent indécises et perplexes.

Parce que la vie de couple est parsemée de contraintes, et parce qu’il est difficile de créer un environnement processif qui favorise légalement les droits et devoirs des candidats à l’union de fait ou concubinage, les sociétés ont institutionnalisé le mariage pour se protéger rentablement.

Mais la volonté d’aller vers cette alliance est parfois détournée par des situations sociales instables et des codes de famille non respectés. Si la vulnérabilité des jeunes filles et la précarité de certains adolescents ont dirigé des choix de concubinage comme parapluie, ainsi qu’on le constate un peu souvent chez nous, les travers qui entachent la dot, avec son cortège de factures irréelles, sont également des facteurs qui encouragent les unions libres. Passé un certain âge, si la volonté du couple est de se protéger efficacement, le mariage devra être envisagé. Mais à quel prix ?

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 18/12/2018 | Confiance
▶ 15/12/2018 | Retour
▶ 13/12/2018 | Réconciliation
▶ 13/12/2018 | Cadeaux
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste