Opinion

  • Éditorial

Confiance

Mardi 12 Septembre 2017 - 13:47

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le principal défi que doit aujourd'hui relever le gouvernement Mouamba 2 est celui de la confiance. Confronté aux difficultés économiques et sociales qu'a généré l'abaissement brutal des cours mondiaux du pétrole il doit, en effet, tout à la fois adapter les finances publiques aux ressources réelles du pays, poursuivre le long travail de modernisation des grandes infrastructures sans lesquelles il n'y aura pas d'émergence possible et mener à bien les différentes réformes incluses dans le programme de "rupture" qui lui a été assigné par le président de la République. Le tout, convenons-en, ressemble fort à un travail de Titan, ce qui conduit nombre de nos concitoyens à douter de la capacité de la nouvelle équipe ministérielle de relever les défis qui lui sont lancés.

Au cœur de la bataille que celle-ci livre figure donc bien la confiance, c'est-à-dire sa capacité à convaincre l'opinion publique qu'elle a l'énergie, la volonté, le savoir-faire qui concrétiseront les idées généreuses sur lesquelles la nouvelle majorité parlementaire s'est fait élire. Et cela ne sera possible que si elle expose, explique, détaille les actions qu'elle entreprend dans tous les domaines de la gouvernance publique.

Disons, avant d'aller plus loin, qu'un tel travail n'a rien d'impossible ni d'illusoire dès lors que tous les responsables, qu'ils soient ministres, députés, sénateurs ou élus locaux se mobilisent sur le terrain qui est le leur afin de convaincre les citoyens que la voie suivie par l'Exécutif est la bonne. Les moyens de communication disponibles sont tels aujourd'hui que les actions engagées dans le cadre du plan de redressement dessiné à grands traits par la plus haute autorité de l'Etat peuvent être rendues publiques sans délai. Il suffit pour cela que chacun des acteurs, à la place qui lui est dévolue, s'emploie effectivement à redonner confiance à une population qui ressent douloureusement les difficultés du temps présent.

Tout ceci relève, dira-t-on, du discours. Peut-être, mais l'expérience a prouvé, chez nous comme ailleurs, que la mobilisation de l'opinion publique est le seul et véritable ressort du progrès dans toutes les démocraties dignes de ce nom. C'est donc bien elle qu'il faut aujourd'hui restaurer.

 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/9/2017 | A.E.F – F.M.M.
▶ 21/9/2017 | D’un côté …
▶ 19/9/2017 | Remise en ordre
▶ 18/9/2017 | Manhattan
▶ 16/9/2017 | Savoir
▶ 14/9/2017 | U.P.A.D.S.
▶ 13/9/2017 | P.C.T
▶ 12/9/2017 | Confiance
▶ 11/9/2017 | Ingérences