Congo-Chine : la coopération de nouveau portée sur les plus hautes cimes

Jeudi 6 Septembre 2018 - 18:53

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En marge du Forum sur la coopération sino-africaine à Beijing, le président Denis Sassou N’Guesso a entamé, le 5 septembre, une visite d’Etat au cours de laquelle il s’est entretenu en tête-à-tête avec son homologue, Xi Jinping. Les deux parties ont conclu une série d’accords dont celui relatif au développement de la zone économique spéciale de Pointe-Noire.

D’autres accords concernent, entre autres, l’initiative chinoise « La Ceinture et la route », la non-imposition, la concession de la route nationale n°1 reliant Pointe-Noire à Brazzaville, un don de vingt-six milliards de francs CFA et la construction d’une école de formation aux métiers du Bâtiment et des travaux publics.

Ces accords viennent raffermir les liens de coopération, d’amitié et de solidarité entre les deux pays ayant établi leurs relations diplomatiques depuis 1964. Le Congo est l’un des pays pilotes de la coopération de la Chine en Afrique en matière de capacités de production. Entre 2014 et 2015, les échanges commerciaux entre les deux pays étaient estimés à 6,5 milliards de dollars américains.   

Premier partenaire commercial de l’Afrique depuis neuf ans, la Chine est liée au Congo par un partenariat stratégique global établi en 2016. La dette extérieure congolaise est détenue à 34,15% par ce pays partenaire.   

Cette visite d’Etat du chef de l’Etat congolais en Chine, la troisième depuis 2014, a eu lieu à une période particulière de l’histoire économique du Congo. Elle a certainement permis aux deux partenaires d’évoquer les questions liées au rééchelonnement de la dette du Congo.

Pays pétrolier, le Congo se trouve actuellement en pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI), en vue de la signature d’un programme de coopération économique. Le pays fait face à une crise due à l’abaissement du prix du baril de pétrole sur le marché mondial. C’est pour cette raison que le gouvernement multiplie les voies et moyens pour redresser les équilibres macroéconomiques.  

La conclusion envisagée d’un programme avec le FMI fait partie des options préconisées, de même que la diversification de l’économie nationale reposant essentiellement sur l’or noir. Il est question de procéder à l’industrialisation, au développement de l’agriculture et du tourisme, à l’amélioration du paysage des affaires aux fins d’attirer les capitaux étrangers.

La création de la zone économique spéciale de Pointe-Noire s’inscrit dans le cadre de cette logique. Réalisé avec l’appui technique et financier de la Chine, le projet permettrait de booster l’économie nationale et de créer quelque cent mille emplois directs et indirects.

La signature de l’accord relatif au développement de cette zone marque une étape cruciale dans le processus de réalisation du projet dont le lancement des travaux interviendra en janvier 2019. Hormis cette zone, le gouvernement prévoit de construire trois autres à Brazzaville, Ouesso et Oyo-Ollombo.

Christian Brice Elion

Légendes et crédits photo : 

Le président Denis Sassou N'Guesso recevant les honneurs militaires en compagnie de son homologue, Xi Jinping, à Beijing

Notification: 

Non