Opinion

  • Éditorial

Conseil

Mercredi 29 Mai 2019 - 12:08

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Un mot encore concernant les élections européennes qui se sont tenues très récemment avec les résultats que nous avons commentés ici même hier de façon sommaire. Un mot pour dire ceci qui est tout aussi sommaire mais qui mérite, à notre sens, d’être rappelé à celles et ceux que les citoyens des vingt-huit pays membres de l’Union européenne (UE) viennent de choisir pour les représenter au sein du parlement de Strasbourg : si l’Europe veut conserver la place qui était jusqu’à présent la sienne au sein de la communauté mondiale, elle va devoir se tourner vers l’Afrique et en faire son partenaire privilégié. Ceci pour au moins deux raisons que voici résumées également en quelques mots.

1. Ce sont les grandes puissances européennes – Allemagne, Angleterre, Espagne, France, Portugal – qui sont largement responsables du retard pris dans le développement de notre continent. Exploitant ses matières premières sans se soucier d’en faire profiter les peuples à qui elles appartenaient, l’Europe a retardé de façon dramatique l’émergence de l’Afrique. Et si, aujourd’hui, elle ne s’emploie pas sérieusement à réparer cette erreur – pour ne pas dire ce crime –, elle paiera demain au prix fort son refus de regarder la vérité en face. Nous en avons déjà la preuve avec le déferlement des migrants vers les côtes du Vieux continent et la montée de la violence, fille de la misère,  dans les quartiers populaires de ses grandes cités.

2. L’Europe, en dépit de ses fautes passées, a entre les mains des atouts majeurs qui peuvent lui permettre de devenir le principal partenaire de l’Afrique : l’histoire aussi cruelle fut-elle, les langues – anglais, espagnol, français, portugais –, la culture, l’art, le mode de gouvernance. Autant de facteurs qui, loin de s’effacer avec l’indépendance, n’ont cessé de se renforcer ces dernières décennies comme le montre l’Organisation internationale de la Francophonie que dirige aujourd’hui la Rwandaise Louise Mushikiwabo. Si les pays qui se sont rassemblés au sein de l’UE coordonnent réellement leurs actions afin d’aider notre continent à résoudre les problèmes auxquels celui-ci se trouve confronté, ils en tireront de grands avantages stratégiques.

Espérons que ses nouveaux dirigeants vont comprendre cette évidence et s’employer à réparer les erreurs passées.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/6/2019 | Grâce
▶ 18/6/2019 | Cohésion
▶ 17/6/2019 | Amusant !
▶ 14/6/2019 | Merci, Fred !
▶ 13/6/2019 | Solidarité
▶ 12/6/2019 | Optimisme
▶ 10/6/2019 | Piège
▶ 7/6/2019 | 7 juin !
▶ 6/6/2019 | Musique urbaine
▶ 5/6/2019 | Veille