Conseil supérieur de la défense : fin du rapatriement des combattants FDLR et leurs dépendants

Jeudi 29 Novembre 2018 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

À la suite du dernier développement, l'institution a déclaré solennellement la fermeture définitive de tous les camps de transit ayant servi au cantonnement des combattants FDLR qui avaient pris quartier à Kisangani, Kanyabayonga et Walungu en République démocratique du Congo (RDC).

Le gouvernement a procédé au « rapatriement sans condition » des combattants FDLR désarmés et cantonnés depuis quatre ans dans les camps de transit de Kisangani, Kanyabayonga et Walungu. Cette opération a aussi concerné les ex-combattants congolais de l’ex- M 23 encore présents en Ouganda et au Rwanda. C’est ce qui ressort de la réunion du Conseil supérieur de la défense (CSD) qu’avait présidée Joseph Kabila, le 28 novembre à Kinshasa. La mesure entre dans le cadre de l’exécution de la recommandation des chefs d’État et des gouvernement signataires de l’Accord cadre du 24 février 2012 pour la paix et la coopération pour la RDC et la région, réunis le 19 septembre 2017 à Brazzaville pour la huitième  réunion de haut niveau du Mécanisme régional de suivi.   

D’après le CSD, cette opération s’est globalement déroulée dans le calme et sans aucun incident. Il s’agit, au total, de 1609 citoyens rwandais qui ont été rapatriés dont 516 combattants, 228 épouses et 865 enfants. En outre, 237 combattants désarmés par les Forces armées de la RDC (Fardc) et gardés en détention à Lisala/Angenga ont aussi été rapatriés.

La fin de ce processus de rapatriement marque également la fin des opérations lancées à cet effet. D’où le CSD a-t-il été amené à déclarer solennellement la fermeture définitive de tous les camps de transit ayant servi au cantonnement des combattants FDLR. Il a saisi cette opportunité pour féliciter les Fardc « pour ce travail accompli  avec professionnalisme ».

Alain Diasso

Notification: 

Non