Opinion

  • Éditorial

Convaincre

Jeudi 10 Mai 2018 - 19:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Que la Conférence de Brazzaville sur le climat et sur le Fonds bleu pour le Bassin du Congo ait été un succès ne saurait être sérieusement discuté. Ayant réuni à Kintélé plusieurs chefs d'Etat de l'Afrique centrale et le roi du Maroc, ayant permis de débattre longuement du dérèglement climatique et des mesures qu'il convient de prendre sans tarder pour le combattre, ayant abouti à un accord d'ensemble qui constituera un véritable tournant pour la planète tout entière s'il est concrétisé, ce Sommet a tenu ses promesses et l'on ne peut que s'en réjouir.

Ceci étant dit, il reste malgré tout à régler un problème qui est loin d'être négligeable : convaincre notre voisine et notre soeur, la République démocratique du Congo (RDC), d'intégrer l'institution dont les bases ont été posées le 29 mai. Située comme nous en plein coeur du Bassin du Congo dont elle occupe le plus vaste espace, faisant vivre dans ses provinces la plus grande communauté humaine de l'Afrique centrale, possédant les plus grandes forêts et les plus riches tourbières de l'Afrique centrale, la RDC ne saurait se tenir à l'écart du mouvement qui doit permettre à l'espèce humaine de lutter efficacement  contre le réchauffement climatique. Il suffit, pour s'en convaincre, de parcourir ses  provinces et de considérer l'extraordinaire capital naturel que celles-ci détiennent.

Faire en sorte que sa plus haute autorité, le président Joseph Kabila, fasse rapidement siens les engagements pris à Kintélé, il y a une semaine, ne devrait être ni très difficile, ni très long: d'abord, parce que des relations de confiance existent avec notre propre président, Denis Sassou N'Guesso,  qui est à l'origine du Fonds bleu pour le Bassin du Congo; ensuite, parce que l'enjeu est tel pour l'Afrique centrale en général et pour la RDC en particulier que celle-ci ne saurait s'en désintéresser; enfin, parce qu'à travers cette grande aventure se joue au final la stabilité durable de cette partie du continent africain.

Il ne nous appartient pas de dire comment les deux Congo doivent maintenant s'y prendre pour avancer la main dans la main sur cette voie. Mais il nous revient, à nous observateurs de la scène écologique mondiale, de dire que ce rapprochement est indispensable. Ecrire ensemble cette nouvelle page de l'Histoire humaine est une obligation à laquelle nul ne saurait se soustraire.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/10/2018 | Osons rire !
▶ 18/10/2018 | Histoire
▶ 17/10/2018 | Les fruits du Congo
▶ 13/10/2018 | Leçon
▶ 13/10/2018 | L’enfant et la télé
▶ 12/10/2018 | Urgence
▶ 10/10/2018 | Entretien
▶ 9/10/2018 | Et le Fonds bleu ?
▶ 6/10/2018 | Poto-Poto