Coopération : la Banque mondiale souligne la nécessité d’investir dans l’éducation de base

Mardi 16 Octobre 2018 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Reçu en audience par le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, le directeur des opérations du groupe de l'institution de Bretton Woods au Congo, Jean-Christophe Carret, a indiqué que cette institution était en train de revoir son approche des secteurs sociaux ou de développement humain

Accompagné de la représentante de la Banque mondiale (BM) au Congo, Korotoumou Ouattara, le directeur des opérations de cette institution  pour les deux Congo et la Centrafrique a justifié sa visite chez le ministre en charge de l’éducation de base pour deux raisons. En effet, selon lui, la première raison est due au fait que la BM est en train de revoir entièrement son approche des secteurs dits sociaux ou de développement humain. « L’une des composantes fondamentales de ce développement est l’investissement dans l’éducation primaire. C’est la première raison pour laquelle je suis venu rendre une nouvelle visite au ministre, parce que nous voulons faire mieux et plus avec lui et ce ministère puisque c’est important pour l’avenir du pays. Jusqu’à présent, on continuait à penser que ce qui faisait le développement d’un pays c’était l’investissement dans les routes, les ports, les usines énergétiques. Maintenant, on se rend compte que ce qui fait qu’un pays décolle, excelle, c’est l’investissement dans les gens », a expliqué Jean-Christophe Carret à sa sortie d’audience.

Accélérer les décaissements du projet

L'hôte du ministre Anatole Collinet Makosso a également souligné que la qualité de l’investissement dans le capital humain, notamment auprès des enfants très jeunes, dans l’éducation primaire et dans la santé étaient des déterminants fondamentaux de la trajectoire de développement d’un pays. Les deux personnalités ont aussi parlé du Projet d’appui à l’amélioration du système éducatif (Praased), cofinancé par le Congo et la BM et mis en œuvre depuis plus d’un an. Chiffré à hauteur de soixante-dix millions de dollars américains, dont trente millions provenant des fonds de la BM et quarante millions pour le gouvernement, le Praased vise, entre autres, la construction d’un système éducatif performant devant permettre d’offrir une éducation de base et de qualité à tous les apprenants. Il devrait aussi répondre aux besoins en ressources humaines de qualité d’une économie émergente et rendre le système éducatif congolais plus efficace et plus performant.

« Ce projet qui en est à ses débuts, nous voulons qu’il soit à la hauteur de ces enjeux précités, c’est-à-dire qu’il faut investir plus, vite et mieux dans le capital humain. Les pistes de solutions sont nombreuses, donc les équipes des deux parties vont se mettre au travail pour nous proposer des solutions d’amélioration de l’action de ce projet. Ce que nous pouvons faire, c’est que nous allons accélérer les décaissements du projet pour rapidement apporter aux huit cent mille enfants qui sont dans le primaire les moyens d’apprendre correctement », a-t-il conclu. Ainsi, le ministre Anatole Collinet Makosso et son hôte ont convenu de se retrouver dans un proche avenir sur la base des recommandations qui seront formulées par les équipes avant de donner, si nécessaire, une nouvelle orientation au projet.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Anatole Collinet Makosso s’entretenant avec Jean-Christophe Carret/ DR

Notification: 

Non