Couture : deux jeunes stylistes modélistes plaident pour une journée nationale de la mode

Samedi 26 Mai 2018 - 18:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'idée est émise par Gloria Michelle Koumou et Reinée Peya Boyengué, plus connues sous le pseudonyme Les Jumelles de Brazza.

Connues à l’échelle nationale et internationale, Gloria Michelle Koumou et Reinée Peya Boyengué déplorent le fait que le Congo, un pays de la mode reconnu mondialement comme capitale de la sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes), est paradoxalement l’un des seuls pays africains qui n’abrite pas la Journée nationale de la mode, alors que plusieurs autres pays organisent leur journée nationale de la mode, à l’instar de la République démocratique du Congo (RDC) voisine, du Bénin, du Sénégal, de la Côte-d’Ivoire, …

« Lorsque nous allons chez les autres participer à ces journées, ils ne cessent de nous interroger à propos : comment est-ce que vous êtes le pays de la mode et curieusement vous n’avez pas chez vous une journée nationale qui lui est consacrée? Nous sommes gênées chaque fois que cette question nous est posée. Aussi sollicitons-nous du gouvernement l'instauration  d'une journée y relative ; ce qui n’est que normal », ont déclaré les jeunes stylistes, modélistes et créatrices congolaises.

Plusieurs fois invitées à l’étranger pour représenter le pays dans ce domaine, les jeunes stylistes ne répondent pas toujours présentes à toutes ces invitations, d’autant plus qu’elles sont limitées financièrement. A propos, elles sollicitent l’apport du gouvernement et autres mécènes pour les aider à aller défendre le pays chez les autres.

« Nous voulons porter très haut l’étendard du pays. Ailleurs, nous sommes considérées comme des grands noms de la mode, mais sur place, cela n’est pas le cas. C’est vrai, comme dit l’adage : nul n’est prophète chez soi. Présentement, par exemple, nous sommes invitées aux dix ans du Fesma au Bénin, mais nous ne pouvons pas prendre part à cet événement, parce qu’il nous manque des billets d’avion. C’est pourquoi, nous sollicitons le soutien du gouvernement », ont-t-elles ajouté.

Ces jeunes stylistes se sont lancées dans le cycle de formation de haute couture. L’objectif étant d’inscrire le Congo dans la liste des grands noms de la mode. Pour ce faire, Gloria Michelle Koumou Boyengué sort d’une formation de six mois à Yaoundé, au Cameroun, en haute couture féminine, chez le styliste sénégalais de renom Alidjo, basé dans ce pays.

Elle se dit satisfaite d’avoir perfectionné ses atouts dans la couture des tenues cérémoniales (robes de mariage haute couture) mais estime n’avoir pas toujours comblé ses attentes. Son souhait, c’est d’aller se perfectionner en Europe pour une formation de six mois à peu près.

Si Gloria Michelle Koumou a suivi sa formation haute couture dame, Renée Peya Boyengué n’a pas pu suivre la sienne, en finition haute couture homme au Cameroun. « Je ne suis pas allée jusque-là, parce qu’il me manque de l’argent. Tout comme pour Gloria, il me faut deux millions  FCFA toute charge comprise pour une formation de six mois. Nous sommes décidées de valoriser la femme dans le domaine qui est le nôtre à l’échelle internationale. C’est pourquoi, nous appelons de vives voix les ministres femmes, membres du gouvernement, à nous soutenir. Nous sollicitons Claudia Sassou N'Guesso, conseiller à la communication et aux relations publiques du chef de l’Etat, comme notre marraine », a indiqué Renée Peya Boyengué.

Rappelons que Gloria Michelle Koumou et Renée Peya Boyengué avaient remporté la première édition du concours Brazza festival, qui a eu lieu le 15 décembre 2014 à Brazzaville, sur le thème "Jeunesse, paix et développement", en présence de la première dame du Congo, Antoinette Sassou N’Guesso, marraine de cet événement visant à mettre à l’honneur les jeunes congolais et leurs initiatives.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photos 1&2 : Les Jumelles de Brazza sur le podium Photo 3 : Gloria Michelle Koumou Boyengué lors de sa formation au Cameroun

Notification: 

Non