Covid-19 : Clément Mouamba prévient les auteurs des actes de vol

Samedi 11 Avril 2020 - 16:46

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Interpellé par l’Assemblée nationale, le 9 avril, lors de la question d’actualité sur des antivaleurs constatées dans certains quartiers de Brazzaville où des magasins sont éventrés depuis le début de l’état d’urgence, le Premier ministre a dit prendre bonne note.

Depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence et du couvre-feu le 1er avril, certains commerçants se plaignent du fait que leurs boutiques sont éventrées de nuit au moment où il y a le couvre-feu. En effet, ces actes sont signalés à Ngamakosso, dans le 6e arrondissement Talangaï, au lycée Thomas-Sankara, dans le 9e arrondissement et à Poto-Poto. Alerté par la députée de Boko, dans le département du Pool, Marie Jeanne Kouloumbou, Clément Mouamba n’entend pas baisser les bras. «Nous prenons cela comme information. Si une telle idée se confirme,  il sera nécessaire d' y remédier… Ce sont des choses qu’on ne pourra plus constater, si c’est avéré après enquête, que ce sont les agents de l’Etat eux-mêmes qui se muteraient en voleurs, à ce moment-là, ils seront radiés immédiatement des rangs de l’armée ou de la police. Je crois que ce sont des incidents qui arrivent, mais nous y veillerons », a promis le chef du gouvernement.

En effet, la question d’actualité a permis au gouvernement de faire le point sur le don chinois; la part de l’Etat dans le Fonds national de solidarité ; les dotations dans les formations sanitaires et les centres de mise en quarantaine. A ce propos, Marie-Jeanne Kouloumbou a cité des dysfonctionnements constatés dans la prise en charge des malades qui se baladent, selon elle, d’un centre à un autre. Le gouvernement s’est aussi expliqué sur la sécurisation des personnels de santé ; la distribution des aides alimentaires aux personnes vulnérables; les opérations d’assainissement ou de désinfection des lieux publics ; la commande des équipements et matériels sanitaires de première nécessité pour lutter contre la pandémie  et la centralisation de la communication.

Les ministres concernés par cette question ont essayé de faire, à leur manière, le bilan  de leur département respectif. Il s’agit des ministres de l’Economie, Gilbert Ondongo, chargé du Task Force mis en place pour la circonstance;  Raymond Zéphyrin Mboulou de l’Intérieur; Thierry Lézyn Moungalla de la Communication;  Antoinette Dinga Dzondo des Affaires sociales et Jacqueline Lydia Mikolo chargée de la Santé et de la Population.

Le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba, a rappelé que cette question d’actualité répondait bel et bien aux préoccupations de la population. Il espère que les réponses proposées par le  gouvernement ont tant soit peu  satisfait les attentes de  la population qui vit dans  une psychose. Revenant sur les préoccupations des députés, il a indiqué que la question sur la distribution du matériel valait bien la peine. « Nous voulons tout simplement que cela ne se reproduise plus. Nous avons également vu des médicaments traînés au port autonome de Pointe-Noire et in fine être périmés. Nous avons aussi vu du matériel non distribué depuis des années et naturellement expirés dans un département », a rappelé le président de l’Assemblée nationale.

Revenant sur la communication gouvernementale à propos du Covid-19, il a stigmatisé le manque de coordination dans les interventions.   Notons que cette séance plénière spéciale s’est déroulée avec près de vingt députés, conformement aux  mesures prises par les autorités dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Le bureau de l’Assemblée nationale/Flavien

Notification: 

Non