Opinion

  • Éditorial

Danger !

Vendredi 15 Février 2019 - 14:13

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Les réseaux sociaux sont devenus à la mode. Beaucoup s’y mettent parce qu’un de leur proche y est. La méfiance ou la critique envers cette nouvelle tendance est endormie par la mode et l’engouement des adolescents. Ils sont, d’ailleurs, les plus nombreux et les plus actifs sur ces nouveaux médias. Pour cette raison, ils sont les premières victimes de harcèlement moral, d’injures ou de photos obscènes.

Les faits divers dus à l’utilisation de ces sites se sont multipliés. Plus grave, ces adolescents partagent leur vie privée sans se rendre compte qu’ils exposent leur intimité. Tous les jours ou presque, ils se connectent sur les réseaux sociaux et les cas de dérapages sont légion. Sur ces médias, des messages se propagent de manière virale. Plusieurs l’ont appris à leurs dépens, oubliant que sur internet tout peut être copié et qu’il n’y a aucune garantie de confidentialité. Des photos dénudées prises lors de soirées peuvent facilement se retrouver à la merci de tout le monde, tout comme un message insultant, posté dans un moment d’énervement.

Si ces dérapages ne sont que peu expliqués aux jeunes, le film « Sexto », du Congolais Big Kloz, que diffuse en avant-première l’Institut français du Congo, demain, est un rendez-vous à ne pas manquer. L’œuvre aborde le sujet avec autant d’élégance et les images réalisées à Brazzaville témoignent la force du danger des réseaux sociaux.

Les Dépêches du Bassin du Congo

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/5/2019 | Avancée
▶ 21/5/2019 | Vérité
▶ 21/5/2019 | Moscou
▶ 20/5/2019 | Soixante-dix ans
▶ 16/5/2019 | Art, culture …
▶ 16/5/2019 | Tontine
▶ 15/5/2019 | Au-delà ...
▶ 15/5/2019 | Confiance
▶ 14/5/2019 | Présence
▶ 13/5/2019 | Fleuve