Danse contemporaine : quarante-cinq minutes de spectacle « Kulukuta »

Mercredi 5 Décembre 2018 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La dernière création de la Compagnie Kuwissana a été présentée au cours d’un spectacle donné récemment au Cercle culturel Sony-Labou-Tansi à Bacongo, deuxième arrondissement de Brazzaville, en avant-première en prélude à la prestation qu’elle va donner au Cameroun.

Le spectacle « Kulukuta », du mot lari qui veut dire en français « Se débrouiller », se caractérise par la prestation des artistes ou danseurs munis de brouettes et de sacs de jute. Par le corps, les artistes expriment les difficultés quotidiennes des commerçants. « Nous portons des tenues du marché en s’inspirant des jeunes appelés communément "Koro-Koro" qui s’habillent simplement avec des brouettes, des sacs de jute, pour montrer que dans la vie, il faut se débrouiller. Kulukuta, c’est donc un spectacle de la vie actuelle au Congo en particulier et en Afrique en général. Je me suis inspiré de ce spectacle  lorsque je partais pour le marché Total, à Bacongo, voir comment les gens se débrouillent. Ce n’est qu’après que j’ai sélectionné les artistes avant d’élaborer le texte », a expliqué le responsable de cette compagnie, Jajus Nkounkou, régisseur-créateur lumière et également metteur en scène.

Pour ce spectacle de quarante-cinq minutes au Cercle culturel Sony-Labou-Tansi, Jajus Nkounkou a travaillé avec quatre danseurs et deux techniciens professionnels, ainsi que le créateur lumière et le créateur son. Il y a eu aussi un slameur, Black Panthère, figurant dans la pièce de théâtre "Kulukuta". Dans le texte qu’il a déclamé intitulé aussi "Kulukuta" et incorporé dans la pièce, il y a eu cette phrase : « La vie est un marché où chacun doit faire son choix, doit lutter pour vivre, même s’il faut pousser une brouette, porter de sac, mais il faut à tout prix se battre»;

Grande équipe qui a deux administrateurs dont un Congolais et un Français, la Compagnie Kuwissana se prépare pour un spectacle au grand marché des arts, du 20 au 23 décembre, au Cameroun. Le spectacle donné  au Cercle culturel Sony-Labou-Tansi était un avant premier pour préparer cette prestation. « Nous avons organisé ce spectacle pour récolter des fonds afin de permettre aux artistes de payer les billets pour le Cameroun. Mais, à notre grande surprise, l’ancien ministre de la Culture et des arts, Léonidas Carel Motom Mamoni, et la directrice générale des Arts et des lettres, Emma Mireille Opa-Elion, ont pris en charge cinq billets d’avion afin qu’en décembre, nous allions présenter notre spectacle au Cameroun. Au total, nous sommes huit artistes et cinq billets sont déjà pris en charge, il ne nous reste qu’à en acheter les trois autres qui manquent », a indiqué Jajus Nkounkou. "Kulukuta", c’est aussi un mélange de la musique urbaine. Il y a de fois qu’il n’y a pas de musique, simplement des danseurs qui s’expriment à travers leurs pas.  

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

La Compagnie Kuwissana en pleine scène

Notification: 

Non