Opinion

  • Éditorial

Débattre

Samedi 23 Juin 2018 - 19:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


L'opposition étant désormais organisée autour de l'Upads qui bénéficie pleinement du statut officiel que lui confère la Constitution de 2015, nous allons voir, dans les prochains mois, se développer un dialogue politique qui pourrait bien faire de notre jeune démocratie l'une des plus vivantes, des plus dynamiques du continent. Au grand dam des tenants du courant radical qui ont tenté en vain d'empêcher cette avancée et des médias étrangers fort peu regardants que ces mêmes personnages avaient réussi à mobiliser autour d'eux.

Il est clair que si l'opposition affirme maintenant haut et clair ses convictions à travers les institutions de la République - Assemblée nationale, Sénat, collectivités territoriales -, elle contribuera très vite et très fort aux avancées sociales que chacun de nous attend. Pour les deux raisons suivantes : d'abord, parce que les idées et les projets qu'elle défendra seront nécessairement pris en compte par les pouvoirs publics dès lors qu'ils seront logiques, raisonnables et respectueux de l'ordre démocratique ; ensuite, parce que la principale formation politique du Congo, le PCT, sera elle-même contrainte de se montrer plus inventive, plus ouverte, plus attentive aux attentes de la société civile.

Ce à quoi nous assistons aujourd'hui n'est pas seulement la structuration dans un ensemble cohérent de l'opposition dont la voix était jusqu'à présent peu audible étant donné ses divisions, pour ne pas dire ses conflits internes ; c'est aussi et sans doute plus encore une véritable mutation de la classe politique dans son ensemble avec la mise en place d'un système proche des grandes démocraties occidentales, c'est-à-dire fondé sur des partis peu nombreux et représentatifs des grands courants de la société civile.

A trois ans de la prochaine élection présidentielle et du renouvellement de l'Assemblée nationale, un tel mouvement ne peut que susciter de grands espoirs, chez nous comme ailleurs. Se conjuguant avec le rebond économique que ne manquera pas de provoquer la remise en ordre de nos finances publiques, il aura, s'il est bien conduit comme tout permet de le penser aujourd'hui, des effets positifs dans tous les domaines.

Que pouvons-nous espérer de mieux dans le moment présent ?

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/9/2018 | Réseaux
▶ 21/9/2018 | Application
▶ 21/9/2018 | Tensions
▶ 20/9/2018 | Fiabilité
▶ 18/9/2018 | Pauvre Alain !
▶ 15/9/2018 | Vues de …
▶ 13/9/2018 | Inquiétude
▶ 12/9/2018 | Antivaleurs
▶ 11/9/2018 | Enseignements
▶ 10/9/2018 | Roman