Opinion

  • Éditorial

Déconfinement

Lundi 22 Juin 2020 - 19:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce que démontre de façon claire la pandémie provoquée par la Covid-19 est notamment le fait que partout dans le monde et donc sur les cinq continents que compte la planète Terre la femme, l’homme, l’enfant ne supportent pas longtemps le confinement, l’isolement, la distanciation qui sont pourtant les armes les plus sûres pour éviter le désastre humain que porte en lui ce virus destructeur. S’il accepte, en effet, pendant quelques semaines de se replier relativement sur lui-même, l’être humain éprouve très vite et de façon irrésistible le besoin de se parler de vive voix et non devant l’écran de son téléphone portable ou de son ordinateur, d’échanger avec ses proches, ses parents, ses amis et pas seulement ses voisins, de renouer des liens physiques avec son environnement, bref de sentir qu’il ne se bat pas seul et isolé contre le mal qui le menace.

 

Nous évoquons ici cette évidence parce que le confinement, imposé à juste titre par les autorités publiques à la demande des médecins, des chercheurs, des spécialistes de tout poil qui se trouvent confrontés aux effets de la pandémie, provoquera très vite, si ce n’est déjà fait, des problèmes sociaux qu’il sera difficile, voire même impossible de résoudre. La montée des tensions internes aux Etats-Unis, en Europe, en Inde et en Chine, au Brésil et en Argentine est là pour confirmer que l’isolement individuel finit toujours par provoquer des séismes collectifs contre lesquels il est difficile, voire même impossible de lutter.

 

Rien, par conséquent, n’est plus important pour nous Congolais des deux rives du grand fleuve qui nous unit, que de réfléchir ensemble aux dispositions que nous allons devoir prendre pour conjurer le mauvais sort que portera inévitablement en lui le déconfinement qui se profile à notre horizon. Ceci, d’abord, pour faire en sorte que la levée des barrières sanitaires ne provoque pas une nouvelle flambée du coronavirus, ensuite pour éviter que les cassures sociales générées par celui-ci n’amènent pas la partie de la société civile la plus pauvre à se dresser contre celle qui est mieux nantie.

 

Ne jamais oublier, dans le moment présent, que la communauté humaine est un tout et que, par conséquent, sa cohésion doit être protégée et s’impose à chacun de nous comme un impératif catégorique dans le moment même où se dessine cette nouvelle étape de la lutte contre la pandémie.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 14/7/2020 | Premières dames
▶ 13/7/2020 | La Libye encore …
▶ 11/7/2020 | Mairies
▶ 9/7/2020 | Signaux
▶ 8/7/2020 | Petite vague couleur
▶ 7/7/2020 | Cancer
▶ 6/7/2020 | Prudence !
▶ 4/7/2020 | Casse-tête ?
▶ 2/7/2020 | Adoption
▶ 2/7/2020 | Et Brazzaville …