Opinion

  • Éditorial

Démons

Mardi 19 Février 2019 - 10:20

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


A ceux qui croyaient naïvement que les vieux démons qui firent tant de mal à la communauté humaine dans le passé ont été chassés et ne resurgiront plus, la réapparition de l’antisémitisme en Europe est là pour prouver qu’il n’en est rien. Pour démontrer, par conséquent, que le pire est toujours possible, y compris dans les sociétés qui se posent à la face du monde moderne comme des modèles de démocratie, de vie en bonne intelligence, de gouvernance apaisée.

Ce qui se passe actuellement en France avec les croix gammées peintes sur les portraits de Simone Veil ou l’agression dont a été victime le week-end dernier, à Paris, le philosophe Alain Finkelkraut sonne comme un avertissement général. Même s’il est le fait d’extrémistes isolés et suscite une vague d’indignation générale, l’on retrouve les fondements de cette déviance dans les mouvements d’extrême droite qui gagnent du terrain dans nombre de pays du Vieux continent. Et comme les élections générales pour le renouvellement du parlement européen approchent à grands pas, l’on doit se demander si nous n’assisterons pas, dans les trois mois qui viennent, à un basculement politique dont personne ne saurait prédire les conséquences.

Tout ceci, dira-t-on, ne concerne nullement les autres continents, l’Afrique où nous vivons en particulier. Mais en réalité, comme le prouve la montée des extrémismes ethniques et religieux en différents points du globe, le modernisme, loin de calmer les ardeurs des partisans de la violence individuelle et collective, les aggrave par le biais du progrès technologique qui efface le temps et l’espace, permet de lancer en un éclair des appels à la violence qui seront perçus simultanément partout, jette de l’huile sur des feux qui couvent depuis toujours. Et, bien entendu, aucun continent, aucun pays, même les plus riches et les plus développés de la Terre, ne sont à l’abri de ces dérives qu’aggravent les avancées techniques du temps présent.

Ce qui précède débouche sur la conclusion suivante : tous les pays sans exception doivent maintenant inscrire en tête de leurs préoccupations la lutte contre l’extrémisme sous toutes ses formes. S’ils ne le font pas, l’on peut être certain que tôt ou tard nous revivrons le pire comme ce fut le cas à maintes reprises dans le siècle dernier. L’homme est, en effet, plus que jamais un loup pour l’homme.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 25/5/2019 | Bilan
▶ 24/5/2019 | Croisière
▶ 23/5/2019 | Avancée
▶ 21/5/2019 | Vérité
▶ 21/5/2019 | Moscou
▶ 20/5/2019 | Soixante-dix ans
▶ 16/5/2019 | Art, culture …
▶ 16/5/2019 | Tontine
▶ 15/5/2019 | Au-delà ...
▶ 15/5/2019 | Confiance