Détournement de fonds publics : le ministre des Hydrocarbures cité dans un scandale financier

Mardi 31 Juillet 2018 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Jean-Marc Thystère-Tchicaya est visé par un rapport de la Commission nationale de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude publié le 31 juillet à Brazzaville. Son nom est revenu dans deux affaires qui remontent de 2015 à 2017.

La première affaire concerne un fonds sorti du Trésor public destiné à la construction du siège de l’Organisation des pays africains producteurs du pétrole (APO). Entre mars 2015 et juin 2017, le Trésor a pu décaisser environ 1,032 milliard F CFA au titre de la contribution de la République du Congo au chantier du siège d’APO prévu sur le site de l’actuel commissariat de police de la Coupole. Moins de trois cents millions F CFA seulement ont été utilisés.

La seconde affaire est liée au fonds alloué à la formation du personnel en 2017. Durant cette période, plus de 1,7 milliard FCFA a été versé par les sociétés pétrolières, conformément à la loi en vigueur. D’après le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude, Lamyr Nguelé, l’enveloppe destinée au renforcement des capacités des cadres a été utilisée pour d’autres fins, notamment le fonctionnement du ministère et la charge du personnel. À en croire la Commission, les pièces fournies n'ont pu justifier ces dépenses.

Pour Lamyr Nguelé, sans aucun doute, le ministre des Hydrocarbures est le « donneur d’ordre ». « Dans les deux cas, il s’agit de détournement de fonds publics. L’ancien directeur de cabinet du ministre a déjà reconnu les faits. Par contre, le ministre estime qu’il est trahi par ses collaborateurs », a-t- il déclaré, avant de préciser le rôle de son institution qui est celle de lutter contre la corruption et d’améliorer la gouvernance.

Le président de la Commission a animé une conférence de presse au cours de laquelle il a également dévoilé le contenu de deux autres rapports relatifs à la gestion de recouvrement de droits d’auteurs et de fonds mis à la disposition du Bureau congolais des droits d’auteurs (BCDA) ainsi qu’aux fausses déclarations au niveau de la douane.

Dans ces deux dernières enquêtes, la Commission a enregistré de nombreux cas de détournement de fonds publics, de fraudes, de trafics d’influence, de la défaillance dans le système douanier informatisé, appelé Sydonia, mais surtout un sérieux problème de gouvernance. Elle a, pour ce faire, formulé des recommandations à l’endroit des ministères de la Culture et des arts pour ce qui concerne le BCDA et des Finances et du budget pour la réforme de la douane.            

La Commission reste dans le cadre de sa mission et ne peut se substituer à la justice. « Tous les dossiers cités ont un caractère pénal. Nous allons donc les transmettre par voie d’huissier avec accusé de réception au procureur de la République », a promis Lamyr Nguelé.           

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

Le président de la Commission, Lamyr Nguelé, face à la presse

Notification: 

Non