Opinion

  • Éditorial

Dette

Vendredi 15 Novembre 2019 - 11:18

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Si, comme on est aujourd’hui en droit de l’espérer, les négociations en cours avec les « traders » pétroliers débouchent rapidement sur des accords dont les termes seront conformes à l’accord conclu par le Congo avec le Fonds monétaire international, il ne restera plus, si l’on peut dire, qu’à résoudre l’épineux problème de la dette intérieure pour que notre pays se redresse. Epineux car cette dette intérieure, très lourde elle aussi, paralyse des pans entiers de l’économie nationale, aggravant le chômage et plongeant dans la misère des dizaines de milliers de familles sur toute l’étendue du territoire.

L’enjeu, reconnaissons-le, est clairement perçu par les autorités de la République qui s’emploient, au plus haut niveau, à le relever dans les délais les plus brefs. Mais il doit maintenant être relevé aussi de façon pratique, sur le terrain, afin que les  travailleurs, les retraités, les entreprises petites et grandes qui subissent les effets destructeurs du non-paiement de la dette publique reprennent espoir. Alors, en effet, se reproduira un bond en avant semblable à celui qui permit à notre pays de sortir du fossé économique et social dans lequel l’avait plongé la guerre civile des années 1997-1998.

Si le gouvernement et le parlement – car les élus des deux chambres sont très directement concernés eux aussi par la résolution de ce problème – affirment de façon forte et claire que le règlement de la dette intérieure figure désormais en tête de liste des objectifs de l’Etat, ils enverront à la société civile le signal que celle-ci attend depuis des mois. Et, comme par miracle, on verra les investisseurs affluer sur la scène nationale, les artisans multiplier leurs activités, les entreprises petites et grandes créer des emplois, les commerçants revenir sur les marchés qu’ils avaient désertés, avec tous les effets positifs que cela aura pour les simples citoyens que nous sommes.

Ajoutons à ce qui précède que l’affirmation solennelle par l’Etat de sa volonté de régler au plus vite la dette intérieure ne pourra que conforter la communauté financière internationale dans sa volonté d’aider le Congo à résoudre les problèmes générés par la chute brutale des cours du pétrole, il y a cinq ans. Avec comme conséquence probable que les aides multiformes annoncées par nos partenaires étrangers seront plus importantes que prévu. Parole d’observateur !

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 11/12/2019 | Poumon
▶ 10/12/2019 | Conseil
▶ 9/12/2019 | Sinistre
▶ 6/12/2019 | Du bon usage …
▶ 5/12/2019 | Antivaleurs
▶ 9/12/2019 | Initiatives...
▶ 4/12/2019 | Fissure
▶ 3/12/2019 | Fonds bleu
▶ 1/12/2019 | Gagne-pain
▶ 28/11/2019 | Canular