Dette publique : les créanciers internes toujours sacrifiés

Lundi 12 Août 2019 - 19:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

 Ces créanciers continuent à dénoncer le caractère hypothétique et la sélectivité dans le paiement des engagements financiers de l’État RD-congolais vis-à-vis des tiers. Au 12 juillet, le taux d’exécution du paiement de la dette intérieure de la RDC se chiffrait à 13,3 %.

Le dernier bulletin de la Banque centrale du Congo (BCC) confirme une fois de plus les inquiétudes des créanciers internes quant à une volonté réelle de l’Etat RD-congolais de payer sa dette publique intérieure. Dans la présentation de la situation (au 12 juillet 2019), le Trésor n’a payé que 5,736 millions de dollars américains de dette intérieure, soit un taux d’exécution qui ne dépasse guère les 14 %. Pourtant, à la même échéance, le Tresor a payé 150 millions de dollars américains de la dette extérieure de la RDC. Cela représente tout de même un taux d’exécution d’environ 44 %.

Du côté du secteur privé, la pilule paraît bien amère à avaler. En effet, le gouvernement de la République montre effectivement une certaine détermination à honorer ses engagements vis-à-vis des créanciers extérieurs : 195 millions de dollars américains en 2014, 165 millions de dollars américains en 2015, 165 millions de dollars américains  en 2015 et 160 millions de dollars américains en 2016. Pour la dette intérieure, le débat n’a pas arrêté depuis plusieurs années. Au fait, la Fédération des entreprises du Congo (FEC) évalue l’encours de la dette intérieure à 1,4 milliard de dollars américains en raison de l’accumulation des créances au fil des années. Un chiffre diversement apprécié à cause notamment de la difficulté à cerner la véritable enveloppe à payer. Comme le rappelle un analyste, le débat sur la dette publique intérieure, même au niveau du Parlement, n’a pas permis d’éluder toutes les questions encore en suspens. Toutefois, ajoute-t-il, un large consensus s’est dégagé pour le paiement progressif des créances certifiées.

Dans l’ensemble, la RDC devrait verser quelque 348 millions de dollars américains en 2019 dans le cadre de sa dette publique. L’évaluation à la date du 12 juillet dernier montre un taux de remboursement de 27 % sur les prévisions budgétaires annuelles de la dette publique. En payant la dette intérieure, l’idée est d’arriver à faire tourner l’économie nationale au lieu de la bloquer continuellement, explique notre analyste. Les patrons d’entreprise y sont convaincus même si leur démarche, à travers la FEC notamment, auprès du gouvernement de la République, semble ne pas avoir apporté des fruits à ce jour. Le secteur privé parle d’une bouffée d’oxygène à l’activité mais également d’une reprise de la consommation des biens et des services.  

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non