Dialogue social : le gouvernement rencontre les fédérations des centrales syndicales du système éducatif

Jeudi 9 Janvier 2014 - 18:34

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le ministre d’État, ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Florent Tsiba, a présidé ce jeudi au siège de son ministère un entretien entre le gouvernement et les syndicats les plus représentatifs. Les deux parties ont examiné les différents points inscrits à l’ordre du jour, en particulier l’application des 25% relevant le salaire des fonctionnaires, particulièrement des enseignants, et le point concernant le guichet unique qui ne fonctionne pas encore. Par ailleurs, le gouvernement devrait informer les responsables des centrales syndicales de la rencontre qu’il a eue avec une frange (CRPE et collège syndical) suite au mot d’ordre de grève que ces derniers avaient lancé

Le ministre d’État, en sa qualité de président du Comité national de dialogue social, qui a en charge ce dossier délicat, a dans son mot introductif déploré d’autres sons de cloche portés, a-t-il dit, par l’aigreur et la récrimination gratuite qui se font entendre parmi quelques syndicalistes du secteur de l’enseignement, en lien avec la tentative de perturbation de la rentrée scolaire du 6 janvier. « Loin de toute abstraction, le dialogue social est une quête permanente de contact, de proximité et d’échange au travers de laquelle s’assurent le lissage méthodique des aspérités pour faciliter l’adhésion du plus grand nombre et la recherche du consensus, la réduction progressive des extrêmes afin de consolider la force et la vertu de la parole, la sauvegarde de l’intérêt supérieur de la nation en tant que point de convergence inaliénable et ultime des différents processus particuliers », a-t-il assuré. Et d’ajouter : « Il importe de souligner clairement que la présente rencontre ne saurait s’apparenter à une quelconque anticipation sur les prochains travaux du Comité national du dialogue social au cours desquels seront évalués le chemin et les résultats acquis. »

À l’issue de la rencontre, les responsables des différentes centrales les plus représentatives ont tous réaffirmé leur fidélité vis-à-vis des accords signés avec le gouvernement congolais. « Aujourd’hui, il est prématuré de dire si oui ou non le gouvernement n’a pas respecté les accords », ont-ils réaffirmé. Ils pensent tous que c’est après le mois de janvier qu’ils pourront se prononcer.

Signalons que le ministre d’État était assisté des ministres Georges Moyen, Serge-Blaise Zoniaba et Hellot-Matson Mampouya, respectivement de l’Enseignement supérieur, de l’Enseignement technique, professionnel, de la Formation qualifiante et de l’Emploi, et de l’Enseignement primaire et secondaire chargé de l’Alphabétisation. À noter que la session du Comité national du dialogue social, qui devait se tenir en décembre 2013, a connu un léger décalage pour des contraintes de calendrier. Sa tenue est désormais imminente. Elle connaîtra la participation des syndicats corporatistes du secteur de l’éducation, en leur qualité de signataires du protocole d’accord et de l’accord issus des négociations globales gouvernement partenaires sociaux du 12 août 2013.

Guillaume Ondzé