Diplomatie : Jean Luc Delvert annonce son départ

Mardi 17 Juillet 2018 - 20:33

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le consul général de France est arrivé au terme de sa mission, quatre ans après avoir atterri au Congo, particulièrement à Pointe-Noire.

 

 

 

 Le diplomate a indiqué qu'il quittait le Congo, lors de son discours à l’occasion de la célébration de la fête nationale française, le 14 juillet, à sa résidence. Il a assuré que son pays va continuer à accompagner le Congo  en ces temps de crise et renouvelé sa reconnaissance aux autorités de la place. «Nous devons plus que jamais affirmer notre unité, scruter notre histoire et porter toujours plus haut la voix de l’humanisme, une voix nécessaire, qui promeut, partout et toujours, la Liberté, l’Egalité, la Fraternisé , notre devise qui promeut partout et toujours la paix, le dialogue, la tolérance, la reconnaissance des diversités sociales et culturelles. Telle est l’action menée par la France en Europe et dans le monde. Tel est l’objectif que poursuit le président de la République, Emmanuel Macron, à la fois dans sa dimension mémorielle et dans l’action», a souligné Jean Luc Delvert, parlant de son pays.

Cette double approche, a-t-il indiqué, se manifestera de manière évidente, en novembre prochain, dans le sillage de la commémoration du centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, lors du forum de Paris sur la paix qui réunira une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement autour d’une plate-forme qui rassemblera les forces qui pensent que l’action collective, la coopération, les institutions, la régulation, le multilatéralisme demeurent  indispensables pour organiser le monde et répondre aux défis auxquels ils sont  confrontés. « Ce sont là les valeurs de la France », a-t-il précisé.

Le départ de Jean Luc Delvert intervient quelques jours après qu’il  a été élevé au grade  d’Officier de l’Ordre national du mérite congolais par le président de la République. Un honneur exceptionnel dont il s’est dit fier en saisissant la portée. Il a renouvelé sa reconnaissance aux autorités de la ville qui l’ont soutenu et s’est dit heureux d'avoir travaillé aux côtés de ses compatriotes pendant ces quatre années. Parlant des actions réalisées, il a notamment cité la modernisation du lycée consulaire Charlemagne, les questions de sécurité à travers le réseau actif de responsables d’ilots volontaires et de correspondants sureté des entreprises, l’action de l’Association française d’entraide et de bienfaisance et le développement des outils de communication.

Evoquant la situation socio-économique difficile du Congo, le consul général de France a indiqué: « Dans ces moments difficiles, la France demeure résolument aux côtés du Congo. M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, l’a réaffirmé au président de la République, Denis Sassou N’Guesso, lors de sa visite à Brazzaville le 7 juin dernier. M. Bruno Lemaire, ministre de l’Economie et des finances, en avait également témoigné lors de sa visite le 13 avril dernier».

Il a fait état des projets conduits par l’Agence française de développement qui sont en cours de réalisation au Congo, précisément  en matière d’infrastructures (projets de drainage d’eaux pluviales et l’accompagnement de la modernisation du port autonome de Pointe-Noire), de formation (soutien au Cefa pour lequel la partie congolaise doit s’investir et respecter les engagements), d’éducation (programme pour l’enseignement supérieur dans le cadre du contrat de désendettement  et de développement), de santé et de diversification de l’économie du Congo.

«Mais aucun soutien  d’où qu’il vienne, ne suffira,  s’il n’y a pas une prise de conscience de la réalité du contexte actuel et un changement radical de comportement», a-t–il souligné, souhaitant que les négociations avec le Fonds monétaire international s’accélèrent enfin, pour le bien du pays. Jean Luc Delvert a souhaité également le renforcement de leur partenariat avec la Chambre de commerce de Pointe-Noire. Il a suggéré la refondation des partenariats plus équilibrés pour renforcer le tissu socio-économique du pays. «En mobilisant ses forces vives, en se réformant, le Congo réussira parce qu’il a tous les atouts pour y  parvenir», a-t-il estimé.

Pour ce qui est du volet culturel, pour Jean Luc Delvert, le Congo, terre de culture qui a nourri des artistes majeurs, dont l’œuvre inspire et éclaire le monde, devrait professionnaliser les filières et confier des responsabilités à des personnalités qui ont démontré leurs compétences et leurs valeurs.

On a noté sur les lieux de la cérémonie, la présence de l’exposition réalisée par Fabienne Bidou, directrice de l’IFC, avec l’aide d’Aimée Mambou Gnali et bien d’autres, pour célébrer la mémoire de Tchicaya U’Tamsi. Jean Luc Delvert a salué l’action menée par  Fabienne Bidou avec laquelle « il partage la volonté de porter la culture partout dans la ville».

La résidence du consul général de France, devenue un lieu ouvert, un lieu de rencontres et d’échanges par sa volonté, a accueilli un grand monde. Autorités de la ville, anciens combattants, jeunes du lycée de Mpaka, fidèles spectateurs et amis de l’espace Yaro de Loandjili, acteurs de la société civile engagés dans les actions sociales et artistes, ont pris part à cette célébration que Jean Luc Delvert a voulue solennelle mais aussi populaire, festive et amicale, animée par des artistes de la place.

 

 

 

 

Lucie Prisca Condhet N’Zinga

Légendes et crédits photo : 

-Jean Luc Delvert lors de la célébration de la fête nationale française/ crédit photo Adiac -Une vue des participants à la célébration / crédit photo Adiac

Notification: 

Non