Diplomatie: Moscou et Brazzaville redynamisent une coopération vieille de 55 ans

Mercredi 14 Août 2019 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La Fédération de Russie et le Congo n’ont cessé de travailler pour atteindre de nouveaux objectifs de coopération bilatérale au moment où des efforts sont également consentis par la partie congolaise pour entretenir d’excellentes relations et renforcer le partenariat avec d’autres Etats, organisations et institutions internationales.

Depuis l’établissement de leurs relations diplomatiques le 16 mars 1964 et malgré les vicissitudes de l’histoire, la Russie et le Congo maintiennent l’excellence des liens séculaires d’amitié. Ils s’emploient également à réaliser les projets retenus dans le cadre de la coopération bilatérale et entrevoient des lendemains prometteurs pour leur développement.  

Les échanges de visites diplomatiques entre les autorités congolaises et russes ainsi que les rencontres organisées par les deux chancelleries dans leurs pays respectifs pour consolider leurs liens sont une preuve de l’excellence de la coopération bilatérale. De même, les accords signés lors des visites du chef l’Etat congolais dans ce pays, dont celle effectuée du 21 au 23 mai dernier, témoignent de cette réalité des faits. Ils concernent, entre autres, la communication, le traitement de la dette du Congo envers la Fédération de Russie, l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques.

En ce qui concerne ce dernier domaine, notons qu’il s’agira de la construction du Centre de science nucléaire et des technologies en terre congolaise. Le Congo et la Russie étant membres de l’Agence internationale de l’énergie atomique, signataires du traité de non-prolifération nucléaire, du 1er juillet 1968. D’autres textes, notamment des mémorandums d’entente et protocole d’accord sur l’agriculture, la défense et le pétrole, font également  partie des accords paraphés dans la capitale moscovite. Le moment culminant de la dernière visite de Denis Sassou N’Guesso en Russie a été les entretiens en tête-à-tête qu’il a eus au Kremlin avec son homologue Vladimir Poutine. Une rencontre qui a constitué une opportunité de discussion sur la nécessité de redynamiser la coopération bilatérale.

Un partenariat gagnant-gagnant

 A la Douma (Parlement) où il avait été reçu par les députés russes, le président de la République a salué les élans de fraternité, de confiance et de solidarité entre son pays et la Russie et exprimé la disponibilité du Congo de poursuivre cette coopération. Il avait invité les dirigeants russes à agir davantage pour la coopération bilatérale élevée depuis 2012 au rang de « partenariat stratégique gagnant-gagnant ». « Le niveau atteint et les perspectives de coopération entre la Fédération de Russie et la République du Congo sont certes encourageants. Cependant les enjeux géostratégiques au seul niveau continental et sous-régional en Afrique appellent la Fédération de Russie à densifier davantage son partenariat avec mon pays », avait-il déclaré. Denis Sassou N’Guesso avait, par ailleurs, annoncé « le projet de construction d’un Oléoduc qui traversera le Congo sur plus de 1000 km, pour la fourniture des produits pétroliers et gazeux à l’intérieur du pays ».

Le chef de l’Etat congolais avait présenté son pays comme terre d’opportunités et souhaitait que les investisseurs russes s’y rendent. « Le Congo regorge de vastes étendues de forêts équatoriales sur 22.500.000 hectares couvrant 65% du territoire national. La disponibilité foncière est effective avec 10 millions d’hectares de terres arables. Le sous-sol est particulièrement riche en pétrole, gaz, potasse, fer, phosphate et en polymétaux. Les secteurs de l’agriculture, de nouvelles technologies de l’information et de la communication, de l’énergie atomique à des fins civiles laissent entrevoir des possibilités avantageuses de coopération », avait-il indiqué.

Le dernier séjour du président de la République en Russie a été un moment choisi par l’Institut des relations internationales de Moscou pour le gratifier au sujet de son implication dans les batailles de libération de l’Afrique australe, mais aussi pour son engagement dans la recherche de la paix en Afrique. Le chef de l’Etat a  été distingué docteur honoris causa.

Des relations appelées à se diversifier

Il sied aussi de mentionner sans être exhaustif que pendant près de six décennies, d’autres accords ont été paraphés dans plusieurs domaines (économie, commerce, éducation, hydrocarbures et défense) au terme de la quatrième session de la Grande Commission mixte de coopération tenue du 13 au 15 décembre 2016 à Brazzaville.

De fait, les relations entre la Russie et le Congo sont fondées sur des échanges dans plusieurs secteurs parmi lesquels la formation des cadres et l’assistance technique. Elles sont appelées à se développer et se diversifier au regard des accords qui ont déjà été conclus par les deux Etats.

En ce qui concerne la formation de nombreux cadres congolais en Russie, dont certains assument aujourd’hui des responsabilités de premier plan dans leur pays, la partie congolaise s’en est souvent félicitée. « Au moment où nous amorçons le XXIe siècle, la coopération entre nos deux pays, riche du legs de notre histoire commune, doit davantage se renforcer, notamment dans les secteurs de pointe », avait souhaité le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Congolais de l’étranger, Jean-Claude Gakosso, lors de la commémoration à Brazzaville des 55 ans de l’établissement des relations diplomatiques entre la Russie et le Congo. « La Russie a aussi intérêt à aider le Congo à se développer progressivement », avait déclaré, pour sa part, l’ambassadeur russe, Valery Mikhaylov.

Outre la formation de cadres congolais dans les universités russes, qui est un élément important de la coopération entre les deux pays, il faut noter également que la Commission intergouvernementale russo-congolaise pour la coopération économique, scientifique et technique et le commerce joue un rôle crucial dans l’élargissement des liens bilatéraux.

Si l’excellence de l’axe Moscou-Brazzaville a été toujours tangible durant de longues années, les deux parties espèrent que la visite officielle que le chef de l’Etat congolais effectuera en Russie à la faveur du premier sommet Russie-Afrique, prévu pour octobre prochain, va rallumer encore la flamme diplomatique et économique entre les deux pays.

Nestor N'Gampoula

Légendes et crédits photo : 

Poignée de main entre les présidents Denis Sassou N’Guesso et Vladimir Poutine

Notification: 

Non