Opinion

  • Éditorial

Drame

Lundi 16 Novembre 2020 - 19:04

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le drame qui se déroule aujourd’hui dans la province du Tigré, en Ethiopie, montre à quel point le fossé creusé par l’Histoire entre les peuples d’une même nation peut à tout instant devenir un gouffre dans lequel s’effondre l’unité du pays tout entier.

 

Causant la mort de centaines, probablement même hélas ! de milliers d’êtres innocents, menaçant l’existence même d’un pays aussi vaste – 1.104.300 kilomètres carrés – que peuplé – 108 millions d’habitants – cette tragédie ne met pas seulement en péril l’existence de l’Ethiopie. Elle menace très directement l’intégrité de ses plus proches voisins, à savoir l’Erythrée, la Somalie, le Soudan du Sud et dégrade aussi dangereusement l’image même d’Addis-Abeba, sa capitale, où siège depuis 1963 l’Union africaine (qui était alors l’Organisation de l’Union africaine).

 

S’il ne nous appartient pas de dire comment les autorités éthiopiennes doivent ou devraient s’y prendre pour mettre un terme à un conflit interne dont le pire risque de sortir, il nous revient de plaider ici et maintenant, en tant qu’observateur de la scène africaine, pour que la raison l’emporte sur l’instinct de la violence toujours présent dans les sociétés humaines. La raison, c’est-à-dire, le dialogue entre frères ennemis qui permettra, sinon de résoudre les problèmes à l’origine des affrontements présents, du moins d’engager le processus qui ouvrira progressivement les portes d’un consensus.

 

Ayant vécu, comme de nombreux pays de par le vaste monde, des guerres intestines que notre pays, le Congo, a payé au prix fort, mais ayant su aussi y mettre un terme par le dialogue, l’échange, le respect de l’autre, nous savons bien que rien n’est plus important pour une nation que la préservation ou la restauration de son unité. Et, bien sûr, celle-ci ne peut être fondée que sur la sagesse des hommes, autrement dit sur leur capacité à s’asseoir autour d’une table afin de résoudre les problèmes qui les divise.

 

Ce qui se passe aujourd’hui en Ethiopie menaçant très directement la stabilité d’une bonne partie de notre continent, l’Union africaine tout entière doit se mobiliser en faveur de la paix. Espérons qu’elle le fera sans tarder !

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 2/12/2020 | Les deux roues
▶ 1/12/2020 | Menaces
▶ 30/11/2020 | Et maintenant ?
▶ 28/11/2020 | République
▶ 26/11/2020 | Morosité
▶ 26/11/2020 | Unité
▶ 25/11/2020 | Enfin!
▶ 24/11/2020 | Fonds Bleu
▶ 24/11/2020 | Concertation
▶ 21/11/2020 | Prudence