Opinion

  • Éditorial

D’un côté …

Jeudi 21 Septembre 2017 - 18:05

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Il y a, d’un côté, ceux qui décrivent le Congo comme un pays au bord de la faillite, rongé par la corruption, miné par la mauvaise gouvernance. Et, de l’autre côté, ceux qui le considèrent comme une valeur sûre, qui l’aident à résoudre les problèmes nés de l’effondrement brutal des cours de l’or noir et qui misent plus que jamais sur le redressement rapide de son économie.

Aux premiers, qui sont il est vrai de moins en moins nombreux, nous ne saurions trop conseiller de regarder comment se comportent à l’égard de notre pays les grandes puissances et surtout les institutions internationales dont l’attention à notre égard ne cesse de s’affirmer. Aux seconds, qui sont en revanche de plus en plus nombreux, nous redisons une fois encore, au risque de sombrer dans la répétition, que le Congo, notre Congo, est certainement l’un des Etats africains qui a le plus de chance de sortir grandi des épreuves actuelles et que, par conséquent, il convient de miser sur lui plus encore que par le passé.

L’Assemblée générale des Nations unies, qui a lancé mardi ses travaux à New York, confirme au fil des heures que loin de décourager les puissants de ce monde – Etats, institutions internationales, géants de l’industrie et de la finance – la crise que nous traversons les rassure quant à la capacité du Congo de poursuivre, voire même d’accélérer, sa marche vers le développement durable. En témoignent avec éloquence les entretiens que le président Denis Sassou N’Guesso a eus ces dernières heures avec des personnalités de premier plan, mais également les propos entendus dans les couloirs du Palais de verre qui abrite l’Organisation des Nations unies, au cœur de l’île de Manhattan.

Il ne fait aucun doute, aujourd’hui, que si le plan de redressement national assigné au nouveau gouvernement par la plus haute autorité de l’Etat se concrétise rapidement le Congo sortira renforcé des troubles économiques et financiers présents. Observé avec une attention particulière dans les lieux de pouvoir sur les cinq continents, il verra dans le proche avenir affluer vers lui les investisseurs publics et privés. Et comme il se positionne, avec raison, en très bonne place dans le camp des nations qui défendent la nature afin de préserver l’espèce humaine, il attirera de plus en plus vers lui les puissantes organisations qui font de ce combat vital leur raison d’être. Oui nous pouvons être optimistes !

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/10/2017 | Soutien
▶ 23/10/2017 | AM = BHL
▶ 20/10/2017 | Mammouth
▶ 19/10/2017 | Moteur
▶ 18/10/2017 | Forces négatives
▶ 16/10/2017 | Admettons …
▶ 16/10/2017 | Ignobles !
▶ 13/10/2017 | Havre de paix
▶ 12/10/2017 | Tensions
▶ 12/10/2017 | Pardonner