Opinion

  • Éditorial

Economie verte

Vendredi 15 Décembre 2017 - 11:33

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La cause est entendue : plus le temps passera désormais plus les humains se préoccuperont de protéger leur environnement et donc de privilégier l’ « économie verte » qui seule peut leur permettre de lutter efficacement contre le dérèglement climatique. Telle est la conclusion qui ressort des débats publics et privés ayant marqué, à Paris, la semaine exceptionnelle à tous égards dont nous vivrons aujourd’hui et demain  les dernières heures.

Dans la foulée, en effet, du « One Planet Summit » qui réunissait des centaines de personnalités venues du monde entier – hommes d’Etat, diplomates, financiers, entrepreneurs, chercheurs, écrivains, philosophes … – c’est un « think tank » planétaire qui s’est constitué en marge des débats officiels. Un cercle de réflexion à l’échelle mondiale dont on peut être certain que surgiront à brève échéance de très nombreux projets visant à protéger la nature dont dépend la survie de l’espèce à laquelle nous appartenons.

Aux nations comme la nôtre qui ont la chance de disposer de vastes espaces terrestres et aquatiques que la suractivité humaine n’a pas encore détruits ou endommagés, le mouvement qui se dessine offre la chance de franchir une étape décisive dans la mise en place de l’ « économie verte » dont surgira à très court terme la véritable émergence. Si nous sommes capables de faire valoir le capital encore inviolé dont nous avons hérité des générations précédentes, le Congo, notre Congo, deviendra, en dépit de sa modeste dimension, l’un des pays africains les plus dynamiques et aussi les plus respectés du continent.

Qu’il nous soit donc permis de dire ici et maintenant que les autorités publiques du Congo, mais aussi la société civile devraient se préoccuper sans plus tarder de mettre en place un véritable lobbying fondé sur le rôle que notre pays joue déjà et jouera plus encore demain dans la protection de la nature, dans le développement de l’économie verte, dans la préservation  des forêts, dans la recherche d’activités respectueuses de l’environnement. Ce qu’a démontré, en effet, la semaine qui s’achève à Paris c’est bien que des sommes d’argent considérables sont aujourd’hui disponibles à l’échelle du globe pour sauver l’humanité du désastre qui la guette. Présenter, expliquer, prouver que le Congo est bien à l’avant-garde de ce mouvement ne peut avoir que des retombées positives à très court terme.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 25/4/2018 | Richesse
▶ 24/4/2018 | Foundation
▶ 23/4/2018 | Environnement
▶ 21/4/2018 | Actions
▶ 20/4/2018 | Liboké
▶ 19/4/2018 | Mémoire
▶ 18/4/2018 | Fonds bleu
▶ 18/4/2018 | Tiers-Monde
▶ 16/4/2018 | Rebondir
▶ 14/4/2018 | Appui