Éducation: les élèves finalistes du secondaire reprennent les cours

Lundi 10 Août 2020 - 18:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La journée du lundi 10 août marquant la rentrée des classes pour les élèves-finalistes du secondaire, selon le calendrier scolaire réaménagé publié par le ministère de l’EPSP, a été marquée à l’Athénée de la Gombe, par la visite du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, venu s’enquérir personnellement de la reprise des enseignements.

Le président de la République qu’accompagnait le ministre de l’EPSP, Willy Bakonga, a, tout de go, effectué la ronde de quelques salles de classe recevant au passage les explications des membres du corps enseignant sur les dispositions prises pour mettre les élèves à l’abri des effets pervers de la covid-19. Déjà, le dispositif de lavage des mains installé à l’entrée du site renseigne sur l’intérêt que les responsables de cette école accordent à la lutte contre la covid-19 via le respect strict des gestes barrières.        

C’est dans une salle spacieuse de sixième secondaire que le chef de l’Etat a clôturé sa brève visite, non sans exhorter les élèves présents, disposés selon les règles de la distanciation physique, à la vigilance et au respect des gestes barrières, seul gage de contenance de la maladie à des proportions minimales. «C’est vrai que nous avons levé l’Etat d’urgence, mais la maladie n’a pas disparu. Elle est dans l’air, elle est avec nous », a indiqué Félix Tshisekedi tout en aiguillant la conscience des élèves sur l’extrême prudence à observer par ces temps qui courent. « Faites tout pour ne pas propager la maladie entre vous, car vous risquez de la ramener à la maison », s’est enquis le chef de l’Etat tout en mettant une emphase particulière sur la protection que sont censées bénéficier les personnes âgées de la part de leur progéniture.  Tout en invitant les élèves finalistes à se concentrer sur leurs études au regard des échéances à venir (dissertation et examen d’Etat), Félix-Antoine Tshisekedi les a invités à être dignes des attentes qu’ils inspirent au sein de la communauté nationale en tant qu’avenir de demain.

Intervenue dans un contexte de tension persistante entre le personnel enseignant, la visite du chef de l’Etat à l’Institut de la Gombe a constitué une belle opportunité pour les parties concernées d’exprimer, sur le vif, leurs revendications. Avant de quitter les lieux, le président de la République a écouté les doléances des enseignants telles que rapportées par la secrétaire générale du Syeco, Mme Cécile Tshiyoyo, qui a insisté sur le caractère indépendant de l’enquête diligentée par le gouvernement autour de la controverse que suscite la paie des nouvelles unités (NU).

Séance tenante, la syndicaliste a obtenu du chef de l’Etat une invitation pour une entrevue, ce mardi 11 août, à la Cité de l’UA élargie à d’autres syndicats d’enseignants. « Soyez tranquilles », lui a rassuré le chef de l’Etat qui s’est dit également disposé à s’entretenir avec les membres de la Secope qui, de leur côté, continue de confirmer que le processus de la paie des NU est en bonne voie, le fichier nettoyé et fiable étant fin prêt. Le gouvernement, qui avait projeté de régulariser la situation des enseignants NU en prenant en charge leur salaire dans le budget de l'exercice en cours, est donc appelé à s’exécuter dans les meilleurs délais pour garantir la paix sociale dans un secteur aussi stratégique et névralgique que l’enseignement.     

 

Alain Diasso

Notification: 

Non